Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fini la rigolade ! L’heure est aux comptes et les comptes vous allez les payer. Tous ont prié devant Cuvillier, du Gers à l’Ariège ! Cette fois le Conseil général du Tarn et Garonne est prêt à passer à la caisse, il paierait pour Bordeaux-Tours. Oui, ça va être cher, mais alors dites comment vous allez payer ! Mais non rien de clair ! Or le principe avait été acté : 50% de cette ligne payé par les collectivités territoriales pour un moment dont l’augmentation est de 160% ! A suivre ! J-P Damaggio

La Dépêche 3 juillet Midi-Pyrénées chez Cuvillier

«J’ai à nouveau expliqué au ministre des Transports notre volonté de voir aboutir la totalité du projet GPSO. Il nous a écoutés». Martin Malvy conduisait la délégation de Midi-Pyrénées reçue, hier, par le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, pour faire le point sur la future ligne à grande vitesse entre Bordeaux-Toulouse .

Si aucune décision n’a été prise, dans l’attente des arbitrages définitifs que doit rendre le Premier ministre le 9 juillet prochain, l’entrevue a été jugée «satisfaisante» par les élus. «La déclaration d’utilité publique, comme nous l’avions souhaité, devrait être lancée sur l’ensemble du tracé GPSO, y compris Bordeaux-Hendaye, et conclue en 2014. Si les financements sont réunis, cela pourrait permettre le lancement des travaux de la LGV Bordeaux-Toulouse à l’horizon 2017-2018. Ce calendrier est aujourd’hui possible» a indiqué le président du conseil régional.

Le financement

Reste la question du financement. «Le ministre a posé la question du tour de table financier, avec un nouveau rendez-vous après l’arbitrage de Jean-Marc Ayrault . Je ne cache pas que les collectivités locales sont inquiètes et qu’il en résultera des sacrifices, même si l’ouverture des financements par la Caisse des Dépôts et Consignations, sur fonds d’épargne, facilitera leur engagement» a précisé Martin Malvy, rappelant au passage que dans le Schéma national des infrastructures de transports (SNIT), lancé par Jean-Louis Borloo, il n’y avait pas l’ombre d’un financement.

Le président du Conseil régional, qui plaide pour la poursuite du projet GPSO dans sa totalité, a rappelé au ministre des transports la «majoration des coûts» qu’engendrerait le report de la liaison Bordeaux-Hendaye après 2030 sur Bordeaux-Toulouse. «Le taux de rentabilité serait inférieur, donc l’addition risquerait d’être plus lourde» a-t-il prévenu.

Au cours de cet entretien a été évoqué l’avenir de la ligne POLT (Paris-Orléans-Limoges-Toulouse), jugée «archaïque». Martin Malvy a insisté sur la nécessité d’investir sur cette ligne entre Toulouse et Brive, afin de pouvoir accélérer la vitesse des trains sur Montauban et Cahors. Il a par ailleurs souhaité que les arrêts en gare à Souillac ou Gourdon et Caussade soient rétablis le samedi matin.

Au chapitre routier, le ministre a confirmé, comme l’avait fait avant lui François Hollande lors d’un séjour à Castres, l’intérêt de l’aménagement de l’itinéraire Castres-Toulouse sans toutefois préciser la nature de la future voie : autoroute concédée, mise à 2x2 voies ? Martin Malvy a également insisté sur les retards pris par l’État dans le cadre des programmes de modernisation des itinéraires routiers, notamment sur Auch et Rodez.

(*) La délégation était composée, outre Martin Malvy, de MM. Izard, pdt du conseil général de la Haute-Garonne, Cohen, Pdt de Toulouse Métropole, Martin et Miquel, respectivement présidents des conseils généraux de l’Ariège et du Gers, Vayssouze, pdt du Grand Cahors, Empociello, vice-président du conseil général du Tarn-et-Garonne, Boude (commission transports des Hautes-Pyrénées), Trigano, Pdt de la communauté de communes de Pamiers), Bonrepaux, Pdt de la communauté de commune du pays de Foix, Valette pdt du Sicoval.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :