Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 l’AE vient de faire ses recommandations

En ayant étudié les 10 000 pages du dossier GPSO, l’Autorité environnementale (AE) lève un peu le voile sur des données spécifiques au Tarn et Garonne et que nous avons suivi à la loupe.

1 ) La base travaux

En effet, le Tarn-et-Garonne n’a pas de base travaux (elle est à Sainte-Colombe) mais une base de maintenance de 6 à 7 hectares sur la base logistique de Montbartier. Un lot de consolation pour Jean-Michel Baylet. Ceci étant l’AE pointe la somme énorme de matériaux nécessaires :

« -la gestion des matériaux nécessaires aux terrassements et ouvrages d’art : le volume de ces matériaux apparaît considérable (plus de 40 millions de m3) dans un secteur déjà largement déficitaire, sans que le dossier donne une vision claire des solutions envisagées et de leurs impacts ; p. 4 »

Or avec une seule base travaux sur le tracé Bordeaux-Toulouse ça suppose d’autres endroits pour entreposer autant de matériaux et l’AE pointe que sur Bordeaux-Tours il y a eu beaucoup de mauvaises surprises à ce sujet. Or l’idée d’une base travaux à Cordes-Tolosannes c’était surtout pour entreposer les matériaux. Il suffit de ne plus l’appeler base travaux et le tour est joué, on l’efface de l’enquête mais là où ailleurs il faudra bien trouver des terres pour 40 millions de m3

2 ) La gare

Merveilleux, la gare a diminué sa superficie de moitié ! La gare aura de 3 à 6 hectares ! (page 7) or RFF dans une réunion à Bressols avait parlé de 10 hectares pour la gare tout en sachant que sur les documents des collectivités territoriales on parle de 150 hectares.

Où est le problème ?

Autrefois la gare et le parking étaient solidaires si bien qu’à la gare de Montauban actuelle il a fallu des années de négociation entre la mairie et la SNCF pour aménager enfin le parking car le terrain était à la SNCF.

A présent pour rendre la LGV moins chère on en réduit la superficie pour que tout soit ensuite à la charge des collectivités territoriales.

Les documents parlent d’un parking de 1000 places etc. De la gare comme un pôle économique mais dans le coût de la LGV ça n’existe plus. Seulement pour 5 hectares !

3 ) L’alimentation électrique

Autre question classique qui sera résolue ainsi pour le Tarn-et-Garonne :

« Deux sous-stations électriques (Montesquieu raccordée en aérien sur la ligne RTE à 400KV, et Montauban, raccordée au poste RTE de Verlhaguet par une ligne souterraine à 225 KV de 1,6 km) de 1 à 2 ha chacune. »

Le Tarn-et-Garonne a de la chance la ligne sera souterraine mais c’est là aussi un élément à prendre en compte.

4 ) L’acoustique

Sur ce point on devine seulement les questions :

« Le dossier indique que des protections à la source (murs anti-bruit ou merlons) ont été prévus sur 34 600 ml, dont la répartition par commune est fournie. Un tableau (pièce F 3 .3 p 62) indique que même après prise en compte de ces dispositifs, 62 bâtiments restent concernés par des dépassements de seuils réglementaires de jour, et 11 de nuit : ils devront faire l’objet de protections de façade, dans des conditions à définir. » p.43

Donc dans le document de l’enquête nous saurons les détails des murs anti-bruits tout en notant que pour l’AE les informations sont incomplètes et que pour RFF 62 bâtiments ne seront pas protégés. A suivre.

Jean-Paul Damaggio

Tag(s) : #enquête d'utilité publique, #LGV, #montauban, #Malvy

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :