Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est le propre de toute infrastructure : elles commencent par manger de la terre. Si elles sont utiles, impossible de faire autrement. Si elles sont inutiles alors c'est grave. Là où une voie ferrée ne demande qu'à servir c'est criminel d'installer une nouvelle voie ferrée.

Les études sont tombées, claires, précises, raffinées et voici donc un deuxième article qui s'y penche pour le Tarn-et-Garonne (pour comprendre pensons aussi au Lot et Garonne et à la Gironde pour le Bordeaux-Toulouse sans oublier la petite partie du 31)

655 hectares impactées dont 18 hectares de vigne (11,2 hectares d'AOC Fronton et 2,3 hectares d'AOC Brulhois), 62 hectares de vergers, 23 hectares de prairies.

64 unités bâties dont 14 sièges d'exploitation sont situés dans les emprises.

5 exploitations en agriculture bio seront affectées.

Belle occasion de surprendre le lecteur : de toutes les communes concernées celle qui a le plus d'exploitations agricoles c'est celle de Montauban (220) avec seulement 3 exploitations concernées car la ligne passe en limite sud (un siège d'exploitation sera cependant rayé de la carte). Profitons en pour rappeler que la dite LGV fait tellement fantasmer les élus qu'au 655 hectares de la LGV, il faudrait ajouter les 650 hectares d'une ZAD prévue à Montauban et les 450 hectares de la base logistique de Montbartier dont vingt d'hectares seront occupées (après des négociations acharnées) par le projet : (autour de 10 hectares pour le passage en bordure de la zone et autour de 6 hectares pour un atelier de maintenance).

Après Montauban l'autre commune immense frappée par la LGV est celle de Castelsarrasin qui a 176 exploitations dont 20 sont concernées par le projet avec disparition de onze bâtiments et une exploitation. Un point qui nous permet de noter que le tracé a finalement emprunté encore plus que prévu la vallée de la Garonne ce qui détruit des terres agricoles plus riches mais qui permet de réduire les frais de construction. C'est ainsi qu'à Caumont qui a 22 exploitations, 9 sont concernées avec 13 bâtiments détruits dont deux sièges d'exploitation.

Que ceux qui ne sont pas agriculteurs se rassurent, on ne les oublie pas mais voilà RFF a d'abord publié les détails pour ce qu'ils appellent "la consommation d'espaces agricoles" donc nous pouvons à présent être précis sur ce point d'autant que dans l'action contre la LGV nous avons croisé peu d'agriculteurs pour nous renseigner.

Mais en cadeau, et ceux qui ne savent ne pourrons pas dire qu'ils n'ont pas été avertis, RFF est clair sur les conséquences du chantier aussi en conclusion la prose de RFF.

JP Damaggio

 

 

« Les principaux effets des activités de chantier sur l'agriculture

L'ensemble des terrains agricoles concernés par les travaux sera exposé, durant les phases de dégagement des emprises et durant les phases de génie civil aux risques d'effets directs et temporaires suivants :

-        risque de déboisement hors périmètre lors du dégagement des emprises,

-        sorties possibles des emprises sur des terres agricoles, par les engins de chantier,

-        divagation du bétail suite à la destruction de clôtures pour les besoins du chantier,

-        interruption d'accès aux parcelles agricoles et interruptions provisoires des cheminements agricoles,

-       atteinte aux réseaux d'irrigation ou de drainage,

-        problèmes liés aux dépôts provisoires (mise en place de dépôts sur des terres exploitées),

-        problèmes d'assainissement (inondation, érosion de terres agricoles...),

-        risques de pollution des eaux souterraines ou superficielles exploitées pour l'irrigation ou l'abreuvage du bétail,

-        risques de pollution de l'air (émissions de poussières pouvant avoir une incidence sur les cultures et leur rendement — voir ci- après),

-        risque de dérangement des animaux du fait du bruit ou des émissions lumineuses en cas de travaux de nuit.

Les rendements agricoles peuvent en effet être diminués, particulièrement pendant la phase des travaux… "

 

 La LGV mangeuse de terres
Tag(s) : #montauban, #enquête d'utilité publique, #foncier
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :