Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La SNCF se paie sur le dos des Régions ? En effet, ça grogne partout mais pas dans la clarté. D'une part la SNCF est dans le rouge et d'autre part les Régions sont prêtes à payer des sommes folles pour une LGV. Donc la SNCF se dit qu'elle peut récupérer un peu d'argent…

Les usagers se plaignent et ils sont entendus. Très bien.

Les opposants à la LGV, pour le bien des usagers du train du quotidien se plaignent mais ne sont pas entendus. Vous pouvez observer que dans tout le dossier aucune question à Malvy ne fait le lien entre LGV et TER !

Par contre il existe sous la table le débat sur la réforme ferroviaire : la SNCF voudrait "donner" aux régions les intercités… A suivre. JPD

Interview : Martin Malvy, Président du conseil régional Midi-Pyrénées

Pourquoi cette décision brutale, mais qui nous rappelle que certaines Régions françaises ont déjà menacé de suspendre leur paiement ?

Aujourd’hui, les Régions rencontrent des difficultés budgétaires. Elles sont obligées de réduire leurs dépenses puisque leurs recettes elles-mêmes diminuent. Nous demandons à tous ceux dont nous sommes les partenaires d’accomplir les efforts de rationalisation, de compétitivité que nous avons nous-mêmes engagés. Nous n’allons pas accepter des augmentations de dépenses de 2, de 3 ou de 4 % par an, alors que nous réduisons nos propres dépenses pour ne pas dépasser généralement 0,5 ou 1 %. Souvent, l’augmentation demandée tous les ans par la SNCF se révèle plus forte que ce que nous consentons à nous-mêmes.

Dans les doléances des usagers, c’est surtout le problème de la régularité qui est soulevé?

Depuis longtemps en Midi-Pyrénées, nous avons des difficultés à faire progresser la régularité du fonctionnement du réseau. Et nous avons fait des efforts considérables qu’aucune autre région a réalisés. En 2006, nous avons lancé une étude avec Réseau Ferré de France, à un moment où la SNCF annonçait partout en France des ralentissements de trains. Cette étude, souvenons-nous en, avait été sans appel dans ses conclusions puisque la première page du rapport était intitulée «Un réseau en fin de vie». Partant de là, nous avons décidé, alors que ce n’était pas normalement à notre charge, de sauver ce réseau et d’engager un plan rail de 820 M€. Nous avons engagé aussi un effort considérable pour le renouvellement du matériel. Le parc d’autorails était particulièrement vétuste. Quelques-unes de ces machines fonctionnent encore. Nous avons aujourd’hui en service ou en commande, jusqu’en 2017, le renouvellement total du parc et de ses 120 autorails. Les dernières commandes effectuées représentent 200 millions d’euros. Et nous allons recevoir, dans les trois ans qui viennent, 50 nouveaux appareils. Considérer, malgré ces efforts, que le système fonctionne moins bien qu’avant les travaux ne pouvait nous laisser sans réaction. Ce que nous faisons, c’est pour nos concitoyens, pour les usagers, pour la sécurité et l’environnement. Au bout d’un moment, lorsqu’on a tenu tant de réunions, on finit par se lasser. En quinze jours, j’ai reçu quatre-vingt lettres d’usagers qui se plaignent. Je ne peux, pour seule réponse, me contenter de passer un coup de fil à la SNCF. J’ai voulu cet acte de sensibilisation pour relayer les problèmes que rencontrent nos concitoyens. Ces dysfonctionnements pénalisent les usagers, mais aussi la Région à l’heure où on ne peut que constater une forte progression du nombre de voyageurs.

Les syndicats de cheminots estiment que l’autorité organisatrice de transport, donc la Région, a mis la barre très haut avec un plan de transport que la SNCF est incapable de suivre ?

La SNCF s’est engagée pour un montant donné à assumer un certain service. Elle a signé une convention pluriannuelle que nous avons d’ailleurs acceptée comme étant une convention longue pour protéger précisément la SNCF contre tout événement qui pourrait intervenir, telle une privatisation.

Les Régions estiment payer au prix fort la circulation des TER, et elles regrettent aussi d’être mises à l’écart de la gouvernance de la future loi ferroviaire ?

Effectivement, on demande que dans la future loi ferroviaire, place soit faite aux Régions. Le service des trains régionaux dont elles ont la charge ne constitue-t-il pas un élément majeur du dispositif ? Recueilli par J.-M.D

Tag(s) : #Malvy, #LGV, #train
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :