Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Encore une référence à la LGV parmi les propos de notre élite locale. Cette fois Alain Baute rédacteur en chef de La Dépêche, découvre le fil à couper le beurre. Que Montauban soit, depuis 1890 au croisement fructueux de deux grandes voies ferrées Paris-Cerbère et Bordeaux-Vintimille est un détail du passé...

Le paradoxe est le suivant : sans la LGV le département se développe, or on nous dit qu'il faut la LGV pour qu'il se développe !

Quant au rapport Toulouse/Montauban c'est l'inévitable tarte à la crème de toutes les campagnes municipales, mais tous les six ans il est si bon de se raconter des histoires !

Et si on parlait sérieusement des sujets sérieux ? J-P Damaggio

P.S. Le dessin réalisé pour le journal de droite en 1971 montre le maire socialiste qui pleure car l'emploi part vers Toulouse ! Et en train…

La Dépêche

"Le destin de la seconde ville de Midi-Pyrénées, sous la gouttière Toulousaine, est lié à sa capacité de coexister avec la Ville rose. Un enjeu fort de la campagne...

Au croisement fructueux de deux autoroutes, bientôt promise à l’impact d’une ligne LGV et sa gare, Montauban est portée par la phénoménale attractivité du Tarn-et-Garonne. Selon le scénario des experts de l’INSEE, ce département, caractérisé par sa qualité de vie et son développement, connaîtrait, au plan national, la plus forte croissance démographique d’ici 2040 (+40 %), devant la Vendée et la Haute-Garonne (35 %). Il deviendrait le 3e département de la région, après le Tarn et devant l’Aveyron."

LGV, le fil à couper le beurre
Tag(s) : #montauban, #élections

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :