Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chaque Samedi, La Dépêche propose un grand entretien et chaque fois la LGV apparaît au détour d'une phrase comme la merveille attendu dans le petit soulier à noël !

Pour aujourd'hui voici l'économiste de la liste Garrigues qui est à la manœuvre.

D'abord "société civile" aux côtés du PS, il est ensuite devenu candidat PRG aux cantonales contre Ghislain Descazeaux PS, où il a subi un échec retentissant malgré le soutien dès le premier tour du PCF qui ne présenta pas de candidats !

« Quelle réflexion sur le positionnement économique de Montauban, sous la gouttière toulousaine, et dans la perspective du TGV ? Quelle politique de soutien aux porteurs de projets ? Autant de réponses négatives qui m’ont encouragé à proposer un autre regard et des actions pour retrouver la dynamique économique qui était la nôtre.»

Donc la proposition c'est de s'émanciper de Toulouse en se mettant à la remorque de Malvy qui avec la LGV ne se préoccupe que de… Toulouse !

Le système français a mis les communes à la remorque du sésame "subvention" et les subventions vont aux amis dans le cadre d'un clientélisme qui finit par tendre vers la corruption.

Pendant des décennies la ville de Toulouse a été dirigée par une majorité opposée à celle du Conseil général car ce sont des choses qui arrivent.

Donc il faudrait cesser de répéter : "Nous sommes seuls en capacité de restaurer les relations avec Martin Malvy à la Région et Jean-Michel Baylet au Conseil général."

Il reste sidérante de ne pouvoir lire aucune ligne sérieuse sur le sujet et le problème de fond qu'il pose : la LGV est-elle utile ? A ce jour l'enquête d'utilité publique n'a pas répondu… J-P Damaggio

 Piccin et la LGV
Tag(s) : #élections, #montauban
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :