Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le nouveau maire de Toulouse s’est fait élire député en 2012, contre François Simon, en lui reprochant son opposition à la LGV en faisant comme si le projet du candidat EELV se résumait à dire NON à la LGV. Dans le débat télévisé de l’entre-deux tours il négligea totalement que la revendication est la suivante : rénovation des lignes existantes.

En 2014, après sa victoire, Moudenc n’a pas varié : « L’objectif est que la troisième ligne de métro se fasse au moment de l’arrivée de la ligne TGV à Toulouse en 2024 : nous avons dix ans pour la faire. » (entretien dans Toulouse Mag qui disons le en passant appartient à La Dépêche).

Or dans le même temps Moudenc indique au sujet des finances : «Deux faits nouveaux sont apparus depuis mon élection : d’abord l’annonce par le premier ministre d’un recul historique des dotations de l’Etat. C’est une baisse qui va forcément impacter les finances toulousaines. Le deuxième fait nouveau concerne la situation financière de la ville qui est beaucoup plus dégradée que ce que je pensais. »

Moudenc en déduit que pour réaliser son programme il lui faudra deux mandats !

Et enfin, dans le même entretien, dernière surprise :

« Par ailleurs j’ai besoin d’avoir des informations sur son projet concernant le quartier Matabiau."

En passant, notons que d’être conseiller municipal minoritaire avec tout de même des moyens importants à Toulouse (rémunération, secrétariat etc.) ça ne permet pas de connaître l’état des finances de la ville et le contenu d’un projet comme Matabiau !

Bref, nous nageons en pleine incohérence : maintien d’un projet qui nécessite plus d’argent de collectivités locales qui en ont beaucoup moins !

Quand va-t-on enfin dire clairement la vérité ? A force de jouer avec les nerfs des riverains à qui on avait assuré que les travaux commenceraient en 2017 pour se finir en 2020, quelles cordes vont casser ? Jean-Paul Damaggio

Tag(s) : #toulouse, #élections, #LGV

Partager cet article

Repost 0