Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moment surréaliste de la vie ordinaire.

En ce 19 juin 2014, au moment où le lobby EuroSud Transport crie victoire car l’enquête d’utilité publique sur la LGV Bordeaux-Toulouse est officiellement annoncée pour l’automne par le gouvernement, au moment où les députés s’accordent pour dire qu’il faut arrêter la folie du tout TGV, au moment où des élus ont été rassemblés à Montauban pour préparer la dite enquête, RFF présentait à Saint Nicolas l’état du projet LGV en question sous la forme d'une permanence et sous la forme d'une réunion publique.

Beaucoup d’agitation, beaucoup de palabres mais du surréalisme car nous nageons totalement dans le virtuel, c’est le cas de le dire.

Grâce aux merveilles de la technologie, les quelques personnes qui se sont déplacées ont pu découvrir le train passant dans leur paysage, leur maison rayée de la carte (120 bâtiments pour le Tarn et Garonne) tout en sachant qu’il n’y a pas un sou à mettre dans le projet !

Pour préparer les élus, un responsable du Bas-Rhin a fait le déplacement à Montauban, pour dire quoi : que de tels projets subissent des retards sans fin ! Et en effet, tout le monde parle de la LGV Est de la France, que les élus du Tarn et Garonne sont allés visiter à Reims en oubliant que la dernière tranche est encore en souffrance ! Pourtant c’est pour aller à Strasbourg ! C’est sûr, comme nous l’avons déjà dit, 2017 sera l’année faste des inaugurations LGV : Rennes-Le Mans, Tours-Bordeaux, contournement de Nîmes-Montpellier et enfin ce fameux tronçon de Nancy à Strasbourg ! Année faste du déficit de RFF qui va devenir SNCF-Réseau !

Mais qu’importe…

Nous sommes au total une petite dizaine devant la mairie de Saint Nicolas pour rappeler notre refus du projet, pour échanger, dialoguer et distribuer notre documentation.

La gendarmerie viendra nous saluer, tout comme les ex-renseignements généraux, afin de vérifier que nous n’allons pas faire une opération musclée.

Le président de l’intercommunalité et le maire, qui n’ont pas répondu à nos courriers (voir ci-dessous texte du tract distribué), passeront également, l’un pour bavarder, l’autre non. La maire d’une commune proche, sensible à nos arguments, échangera avec nous.

Le plus souvent les personnes qui iront voir le projet sont d’accord avec notre refus. Mais que faire ?

Un fataliste nous fait cependant la morale : ils la veulent, ils l’auront ! Et en effet, c’est souvent ça ! Et à Saint Nicolas on nous ressert l’histoire de l’autoroute : la commune a été impactée par cette infrastructure que finalement personne n’a pu empêcher et à présent tout le monde est content… Et la LGV c’est pareil…

Donc laissons faire ? Que chacun défende son intérêt personnel… Car le principe de la permanence c’est d’émietter le sujet…

Pendant deux heures trente, nous bavardons aussi entre nous, pour préparer la suite (notre prochain CA est prévu pour le 25 à l’heure d’un match de l’équipe de France : faut-il le déplacer ?). Il fait soleil et peut-être aurions-nous pu porter une table et des boissons ! Nous récupérons une adhésion.

Du côté de RFF, ils savent que l’enquête d’utilité publique sera le grand rendez-vous. D’abord parce que le projet sera plus précis et donc plus palpable. Par exemple, parmi les ouvrages d’art nous sommes depuis le début curieux de savoir comment la LGV va croiser la vieille ligne Castelsarrasin-Beaumont. Alors que nous pensions qu’elle devait passer au-dessus, un responsable nous a affirmé en réunion publique à Montauban, que c’est Castelsarrasin-Beaumont qui passerait au-dessus de la LGV qui est prioritaire. Je me souviens parfaitement du ton méprisant de cet ingénieur face à ma question qu’il jugeait idiote. Sauf qu’il était nouveau sur le sujet et qu’il n’avait sans doute pas noté que nous étions en zone inondable car à présent, changement de décor : il y aura en effet un imposant ouvrage d’art qui passera au-dessus de la vieille voie ferrée, pour ensuite enjamber la Garonne !

Bilan ? Un exercice de démocratie vivante, sans illusion sur les effets de tels actes, mais sans découragement quant au devoir de dire son mot !

A quand le prochain épisode ? Jean-Paul Damaggio

Le tract distribué :

Saint Nicolas : Réunion ratée sur la LGV

Le 19 juin, RFF a proposé, de 15 h à 18 h, une permanence à St Nicolas, pour expliquer aux « riverains » le tracé. Le président de l’intercommunalité et le maire-conseiller général de St Nicolas, contrairement à notre souhait, n’ont pas fait en sorte que la réunion soit publique et ouverte à tous, à 20 h 30, comme ça s’est produit dans d’autres communes. Rappelons que RFF n’est que le maître d’œuvre et non le commanditaire de la LGV ! Par exemple, TOUS les conseillers généraux du 82 ont décidé de payer pour financer… Tours-Bordeaux !

La LGV concerne qui ?

Pour nous, le dossier LGV concerne toute la population et pas seulement parce qu’elle sera contrainte d’en payer la note. Une telle infrastructure ne se réduit pas à l’expropriation inutile de quelques terres, maisons ou entreprises, en conséquence, appréhender les effets du tracé c’est continuer de réfléchir sur le bien fondé de la ligne elle-même. Il n’y a aucune fatalité : la commission Duron a reporté au-delà de 2030 toutes les autres LGVs et Bordeaux-Toulouse n’a été repêchée que si le financement était possible… grâce à l’écotaxe !

La LGV a une alternative

A l’heure où la grande vitesse est remise en question par les autorités les plus diverses du pays (députés, responsables SNCF, associations citoyennes) l’avenir du rail n’est pas dans la construction de ce projet pharaonique. Nous le démontrons depuis cinq ans mais sans réel débat public car on nous renvoie à celui de 2005 comme si presque dix ans après, le panorama économique n’avait pas changé.

Il appartient aux élus de jouer leur rôle en relançant une discussion globale sur le sujet car nous le répétons, à ce jour, pas un centime n’est prévu dans les caisses pour le projet. Alors qu’il y a tant à faire pour rénover la ligne existante dont les services concernent TOUS les voyageurs et pas seulement le 8% d’utilisateurs du TGV.

Association Alternative LGV Midi-Pyrénées

Tag(s) : #Alternative LGV 82, #action associations, #LGV, #toulouse

Partager cet article

Repost 0