Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Peu de commentateurs ont évoqué la décision de François Cuvillier de ne pas en reprendre pour un tour au gouvernement. On ne lui laisse pas assez de marge de manœuvre pour un secteur phare. Voici des extraits de son communiqué : "Les infrastructures, les transports et la mer doivent être la clé de voûte du pacte de solidarité décidé par le Président de la République. Ils sont les moteurs essentiels d'une croissance durable et portent les enjeux d'une plus grande équité territoriale et sont au cœur des défis économiques, industriels et sociaux pour notre pays. […] Dans la configuration qui m'a été proposée, j'estime ne pas disposer de cette capacité d'action et de l'autonomie nécessaire à la réussite d'une politique cohérente porteuse d'espoir pour nos territoires et nos concitoyens, confrontés à une crise profonde." Qu'en langage élégant ces choses sont dites…

Son remplaçant, Alain Vidalies, n'a, à son actif, aucune compétence en matière de transport mais peut-être que son retour au gouvernement vise seulement à calmer la gauche du PS. Avant 2007 il était porteur de la motion « Rassembler à gauche » "présentée par Jean-Pierre Balligand, Laurent Fabius, André Laignel, Marie Noelle Lienemann, André Vidalies et Jean-Luc Mélenchon".

Le point important me semble-t-il c'est qu'il vient des Landes où il a été longtemps adjoint au maire de Mont-de-Marsan. Né le 17 mars 1951 à Grenade-sur-l'Adour. Diplômé de droit à Pau et à Bordeaux, il débute sa carrière comme avocat en droit du travail. Engagé auprès des socialistes dès son passage à l'université, il concrétise en 1979 sa volonté en étant élu conseiller général des Landes. Depuis 1988, il est également député dans ce département sans interruption.

Il y est très impliqué sur les questions sociales et sur les conditions de travail des salariés (35 heures, accidents du travail, travail clandestin...). De 1989 à 2002, il occupe en parallèle un poste d'adjoint au maire à Mont-de-Marsan. Le 16 mai 2012, Jean-Marc Ayrault le nomme ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement.

Son parcours a justifié sa nomination en tant que représentant de la France au Bureau international du travail à Genève… le 1er janvier 2015 ! En prévision de cette décision il a été obligé de quitter son poste de député, fonction qu'il ne revendiquera plus dit-il.

Va-t-il continuer, comme Cuvillier, de dire à la fois blanc et noir ? Le PS a sur le dossier des transports des personnes cent fois plus compétences avec lesquelles ont peut être d'accord ou pas mais qui au moins connaissent le sujet… et qui de ce fait sont moins malléables par les lobbies divers.

Jean-Paul Damaggio

Aux transports, Alain Vidalies
Tag(s) : #train

Partager cet article

Repost 0