Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Dépêche du Midi a publié un article au sujet de l'aérodrome d'Agen. Le Conseil général doit compenser les réductions de financement de l'Etat pour l'aérodrome. ET une fois de plus un rapport est établi entre avion et rail. On croit deviner que même si Camani dit ne pas vouloir financer la LGV, il envisage sans peine son arrivée.

 

Publié le 25/07/2014 à 03:50, Mis à jour le 25/07/2014 à 08:41

«La mauvaise nouvelle du jour, c'est la restriction budgétaire au niveau des crédits d'Etat.» Pour la ligne aérienne Agen-Paris, la conséquence de cette réduction de budget sur le budget fonctionnement «sera, si on ne veut pas mettre en danger cette liaison avec Paris, l'obligation pour les collectivités locales de mettre la main à la poche». Pour Pierre Camani il n'y a pas d'autres solutions. D'autant «que cette liaison aérienne est essentielle pour des raisons économiques, pour le département».

L'Etat finançait jusqu'à maintenant près de la moitié du coût de la ligne. En 2015, conséquence de ces restrictions, le pourcentage de participation de l'Etat va diminuer dans des proportions assez importantes. «Nous n'avons pas encore le niveau de la future participation de l'Etat, mais nous allons continuer à nous battre», notait encore le président du conseil général qui insiste, «tant que la LGV n'est pas en service, la ligne aérienne est essentielle».

L'aéroport d'Agen-La Garenne géré par un Syndicat mixte présidé par Jean-Louis Matéos a accueilli en 2013, un total de 36 250 passagers.

Camani espère la LGV ?
Tag(s) : #agen

Partager cet article

Repost 0