Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RFF crie victoire en utilisant toujours le même discours publicitaire !

1 ) Nous avons donc une décision de Cuvillier en date du 13 juin. Nulle part la teneur de cette décision n’a été rendue publique. D’ailleurs, auparavant nous avions appris qu’il s’agissait d’une lettre qu’on appelle à présent décision. J’ai demandé à EuroSud Transport qui s’est fait gloire de cette lettre de m’en communiquer le contenu, sans succès.

2 ) Nous l’avons vérifié pour le cas de Limoges-Poitiers, la dite lettre est importante car elle trace les perspectives avec précision.

3 ) Mais cependant la perspective est claire : enquête d’utilité publique (EUP) à l’automne avec des commissaires-enquêteurs qui sont en place. Déjà nous vérifions que le GPSO est coupé en deux phases…

4 ) On rappelle les objectifs avec cependant des petites notes : Toulouse à 3 h 10 de Paris (meilleur temps de parcours) ce qui n’est pas le temps moyen.

5 ) « L’enquête se déroulera dans 105 communes » : le Tarn-et-Garonne est en tête avec 29 communes (et non plus 31), puis Gironde, Lot-et-Garonne et Landes ont 24, 24, 23 communes concernées et la Haute-Garonne, 5 communes. J’appartiens à une commune sur laquelle la LGV ne va pas passer mais elle est dans la bande des 500 mètres concernés donc elle est dans l’enquête. Cette bande aurait pu être portée sans hésitation à 1000 m ! D’ailleurs avec les découpages communaux on assiste à des surprises : la commune de Montauban est très peu impactée par le tracé lui-même, mais sa taille des habitants qui sont à 15 km seront eux dans l’enquête !

6 ) Là où le langage publicitaire fait des miracles c’est quand on lit la présentation du dossier d’enquête ! Pas question d’indiquer par exemple qu’il fait 10 000 pages ! On donne l’extrait de la page 6 du guide de lecture qui fait à lui seul 150 pages ! Et pourtant dans le même temps l’enquête est prévue seulement pour une durée de 1 à 2 mois ! Comme pour un dossier de 100 pages !

7 ) On comprend maintenant pourquoi il fallait des réunions comme celle de Saint-Nicolas : pour l’effet communication ! Des photos qui montrent cependant le peu de personnes présentes !

8 ) Les acquisitions foncières anticipées : et là en effet, une minute d’attention ! Sur ce document vous ne lierez nulle part le terme pourtant sur toutes les bouches : EXPROPRIATIONS ! Non, mille fois non, les expropriations n’ont pas commencé ! Il s’agit d’acquisitions foncières anticipées ce qui est totalement différent et si différent que vous lisez seulement : « Les premières promesses de vente ont été signées et les premiers actes notariés sont programmés pour l’été 2014. » Plutôt que d’utiliser le gras, pourquoi ne pas écrire le nombre de promesses qui doivent se compter sur les doigts des deux mains ? C’est du cosmétique qui est cependant très utile car nous comprenons la douleur des personnes prises au piège de la LGV : contraintes de vendre pour telle ou telle raison, elles savent qu’elles perdent gros, y compris quand elles acceptent les dites acquisitions foncières qui se font au prix le plus bas ! La LGV est d’abord une calamité pour ces personnes là, et cette douleur est utilisée pour pratiquer la politique du fait accompli : "voyez les expropriations commencent !" Ce qui donne une espoir vain à des personnes qui veulent en finir depuis déjà des mois ! Les expropriations ne peuvent commencer qu’après la DUP et ce n’est pas pour demain !

9 ) A la fin, un geste à l’adresse des défenseurs des lignes existantes : un petit article nous rappelle non pas les accidents intervenus dans le Sud-Ouest mais les efforts faits sur quelques lignes, efforts qui le plus souvent sont de l’ordre des Conseils régionaux et non de RFF.

10 ) Cette lettre a été envoyées chez tous les habitants des 105 communes et nous, en face, avec nos modestes moyens nous ne pouvons répliquer qu’avec ces quelques mots. Jean-Paul Damaggio

La lettre du GPSO n°17
Tag(s) : #enquête d'utilité publique, #LGV

Partager cet article

Repost 0