Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les employé-e-s de RFF travaillent dur. Aujourd'hui ils étaient à Saint Porquier et ils vont finir par bien connaître le département. Pour répondre aux questions c'est autre chose, car ils ne peuvent avoir toutes les cartes en main. "Vous nous supprimez le puits ? On vous le paiera !" Un 3D c'est bien mais une maison qui s'effondre c'est moins virtuel.

Devant Nous en avons profité pour annoncer l'enquête d'utilité publique, écouter les arguments de personnes en colère. Constat : il faut avaler un projet inutile et c'est indigeste.

"Mais si nous en sommes là c'est que ça va se faire donc pourquoi protester !"

C'est bizarrement la teneur d'un commentaire posté au même moment sur l'article concernant "LGV, sénatoriales et FdeG". Je dis bizarre car Notre Dame des Landes était un projet beaucoup plus avancé et qui patine dur pourtant… A Montech l'usine de méthanisation était presque en place et le projet patine dur…

L'argument du fatalisme est acceptable seulement si en même temps ont produit une analyse du projet, sinon il sert à masquer l'opinion de celui qui l'utilise. Donc, au monsieur qui m'a dit à Saint Porquier, "de toute façon ça va se faire" j'ai seulement demandé ! "et c'est une bonne chose ?" car c'est à cette question qu'il faut d'abord répondre ! Si ce projet est inutile alors on a le droit de décider d'agir sous la forme souhaitée, comme on a le droit de rester à la maison.

Pour ma part, qu'il se fasse ou pas, je vais continuer d'argumenter pour dire qu'il est inutile !

A Saint-Porquier d'autres arguments ont été entendus que nous connaissons aussi bien que les employés de RFF connaissent le Tarn et Garonne. Quel temps ils veulent vraiment gagner ? Qui peut obtenir la concession ? Après les explications de RFF des élus devraient écouter les citoyens pour évaluer les réactions. Des réactions contraintes d'articuler le problème particulier (le viaduc que l'on va installer devant la maison) et le problème général (quelles finalités).

Une fois de plus nous pouvons vérifier que la riposte à une LGV est rendu difficile par la dispersion du problème sur des centaines de kilomètres. La solidarité fonctionne mieux quand des riverains d'un barrage ou d'un aéroport peuvent facilement s'épauler. Les citoyens de Saint Porquier imaginent mal les problèmes de ceux qui sont à Layrac ou même à Bressols. Les associations tentent des coordinations mais elles touchent les plus motivés et non l'ensemble des victimes.

La réflexion qui nous a fait plaisir : "Ah bon ! l'enquête d'utilité publique c'est du 14 octobre au 8 décembre, ça va nous laisser le temps de réagir !" Même si les réactions ne ramènent pas à la raison l'orgueil de trois ou quatre grands élus, il faudra les écrire. Quant au résultat final personne ne peut en prédire la teneur. Si tous les mécontents se donnaient la main…

Jean-Paul Damaggio

 LGV vue de Saint Porquier
Tag(s) : #action associations, #LGV

Partager cet article

Repost 0