Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans un communiqué de presse Martin Malvy salue le respect des engagements pris. Sauf qu'on continue de garder secrète la fameuse date tant attendue, celle de l'EUP Bordeaux-Toulouse ! Dans le cadre d'un plan presse bien organisé, en même temps que Malvy dit sa joie, La Dépêche consacre un gros dossier au sujet et annonçant que Manuel Valls va intervenir aujourd'hui. Le compte-rendu de son passage en Gironde publié par Sud-Ouest n'indique rien de nouveau ! La Dépêche se demandait s'il parlerait du financement : il a finalement gardé le silence sur tout le sujet ! S'agissait-il de faire pression ? A suivre J-P Damaggio

Martin Malvy 1er septembre 2014

« C’est une excellente nouvelle pour le projet de LGV Paris-Toulouse », a déclaré Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, après l’annonce par le Premier ministre de l’ouverture de l’enquête publique sur la section Bordeaux-Toulouse de la ligne à grande vitesse Sud-Europe Atlantique.

Manuel Valls avait annoncé en début d’après-midi à Saint-Romain-la virée (Gironde) la signature des arrêtés organisant les enquêtes publiques des deux branches du projet Grand Projet ferroviaire du sud-Ouest (GPSO). « Le calendrier prévisionnel est ainsi parfaitement respecté », a poursuivi le président de la Région Midi-Pyrénées. « Il est celui que nous avions négocié avant de nous engager. Il doit permettre le lancement des travaux courant 2017 et une mise en service en 2024, comme prévu. »

« Le Premier ministre confirme par-là que la section Tours-Bordeaux, bientôt achevée, s’inscrit dans un projet unique qui doit desservir Toulouse d’une part et le sud de l’Aquitaine, d’autre part. C’est pour cette raison que les collectivités locales de Midi-Pyrénées ont participé pour plus de 280 millions d’euros au financement du premier tronçon, jusqu’à Bordeaux, dont 102 millions assumés par la Région. Nous l’avions fait à la condition que l’itinéraire soit effectivement poursuivi, ce que la décision du Premier ministre confirme aujourd’hui. L’annonce de Manuel Valls donne le coup d’envoi opérationnel du projet. »

Et Martin Malvy d’ajouter : « le Gouvernement, qui avait eu le courage d’établir une liste de vraies priorités en termes de grandes infrastructures à la suite du rapport Duron, tient ses engagements. C’est aussi une bonne nouvelle pour le secteur du BTP, une bonne nouvelle pour toute la région Midi-Pyrénées et pour Toulouse qui sera demain à 4 heures de Paris et après-demain à environ 3 heures. Dans un contexte budgétaire très contraint, il faut savoir maintenir de tels investissements qui sont essentiels aujourd’hui pour l’emploi et demain pour la compétitivité de nos territoires ».Le Premier ministre était ce lundi après-midi à Saint-Romain-la-Virvée, aux côtés d'Alain Vidalies, ministre des Transports, et de nombreux élus locaux dont Alain Rousset et Philippe Madrelle

Article Sud-Ouest :

LGV en Gironde : Manuel Valls a inauguré le viaduc de la Dordogne

Ce lundi après-midi, Manuel Valls a inauguré le viaduc de la Dordogne, "l'un des éléments majeurs" de la future Ligne à grande vitesse (LGV) entre Tours et Bordeaux. À ses côtés, Alain Vidalies, le récent secrétaire d'État aux Transports, et de nombreux élus du cru dont Alain Rousset, président de la Région Aquitaine, et Philippe Madrelle, président du Conseil général de la Gironde.

Sous un soleil de plomb, le Premier ministre a fait partie des premiers à fouler le béton brut de cet ouvrage de 1319 mètres de long. Le plus grand viaduc de la future LGV. Et de rappeler, dans son discours inaugural, que c'est en 1853 que le chemin de fer a relié Paris à Bordeaux pour la première fois. Il fallait treize heures pour réaliser ce trajet.

Demain, grâce à la LGV Sud Europe Atlantique, Bordeaux ne sera plus qu'à deux heures de la capitale et à quatre heures de Madrid (contre douze aujourd'hui).

Tag(s) : #médias

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :