Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour nous qui sommes des défenseurs du TER avons-nous là de quoi nous insurger ? Pourquoi une pétition largement signée pour refuser une ligne TER ? Car l''Association de défense et d'information roquefortaise (Addir) refuse la construction d'une voie ferrée (TER) entre la gare d'Agen et la future gare LGV de Brax !

Cette ASSOCIATION DE DEFENSE ET D’INFORMATION ROQUEFORTAISE est née il y a un an avec cet objet clair :s’opposer à la réalisation de la LGV SEA, militer pour la modernisation des voies existantes pour la circulation des TGV, pour le maintien d’une gare unique à AGEN, défendre les intérêts collectifs, individuels de ses adhérents, veiller à la protection de l’environnement et du patrimoine naturel, recueillir et et communiquer toutes les informations aux habitants, refuser l’implantation d’une nouvelle gare, s’opposer à la réalisation d’une ligne TER pour acheminer les matériaux puis les personnes, s’opposer aux nouveaux accès routiers, militer pour aménager les voies existantes, demander de navettes routières entre cette nouvelle gare et la gare actuelle d’Agen, demander l’intégration des contingences hydrauliques et des nappes phréatiques, contrer toutes les nuisances résultant de ces travaux, se rapprocher d’associations aux objectifs similaires, rencontrer les autorités locales, obtenir réparation des spoliations et expropriations des préjudices dus aux dommages environnementaux, etc. Siège social : 63, rue de la Plaine, 47310 Roquefort. Date de la déclaration : 5 août 2013."

Voilà un effet collatéral de la LGV parmi des dizaines d'autres que des personnes vont découvrir au fur et à mesure qu'avance le projet. Nous savons mieux à présent que quand nous avons manifesté à Sainte-Colombe en Brulhois c'était bien contre le projet LGV puisque c'est là qu'ils vont avoir la base travaux, base qui sera d'autant plus colossale que le Tarn-et-Garonne qui devait avoir la sienne n'en a pas !

Bref, c'est en 2010 que RFF publie un document sur l'étude de cette voie ferrée TER dont le seul but est d'aller d'une gare à l'autre. Pour celle de Montauban la question est plus simple car il existe la "vieille ligne". Belle occasion d'aller rechercher des vieux documents dont celui-ci qui m'avait échappé :

Source : www.sudouest.fr"

"Une centaine de chefs d'entreprise ayant répondu à l'invitation de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Lot-et-Garonne, étaient présents, lundi soir à l'Agropole. Objet de cette réunion, prendre la mesure du Grand projet du Sud-Ouest (GPSO) et plus particulièrement de la future Ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse. D'autant que le 13 juin dernier, le ministère des Transports a validé le lancement de l'enquête publique prévue en octobre, au lendemain des élections sénatoriales.

C'est André Bayle, chef de mission GPSO, qui a rappelé à l'assemblée les grandes lignes du projet ferroviaire. Une avalanche de chiffres et de données dont on retiendra la substantifique moelle. Juste pour avoir une idée du travail effectué en amont, on notera que, depuis 2009, ce sont 100 millions d'euros d'études préalables qui ont été réalisées pour les LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax et ce, pour une facture finale d'investissement pour ces deux lignes estimée, en 2013, à 9,4 milliards d'euros.

La LGV Bordeaux-Toulouse traversera le Lot-et-Garonne sur 71 km, répartis sur 24 communes, dont 32 % de surfaces agricoles.

Réseau ferré de France (RFF) va devoir acquérir environ 150 bâtiments industriels et résidences particulières impactées, dont 90 % sont concentrés sur la zone la plus urbanisée, à savoir l'agglomération agenaise.

Et RFF d'offrir, en avant-première, à l'assemblée de chefs d'entreprise une vidéo en 3D du tracé permettant de visualiser les viaducs ici et là, le passage couvert à Estillac sous le péage de l'A62, le tunnel de Moirax, la base de travaux provisoire RFF à Sainte-Colombe-en-Bruilhois ainsi que la base de maintenance permanente sise sur la même commune. Sans oublier la future gare LGV prévue à Brax avec ses quatre quais, son parvis et ses 1 500 places de parking, ainsi que la liaison gare LGV-gare d'Agen.

Tout ça pour quoi ? « Pour gagner une heure sur Paris-Toulouse (soit 3 h 10 de trajet) et vingt-cinq minutes sur Paris-Agen (2 h 45). Et tout ceci à l'horizon 2024, pour 2,5 millions de passagers par an sur les deux gares d'Agen, contre 1,3 million aujourd'hui », a ajouté André Bayle, sans pour autant occulter certains points chauds à régler, à commencer par Layrac.

Le Gers à désenclaver

Le grand public découvrira tous les détails et le territoire lot-et-garonnais traversé, découpé en quinze cartes détaillées, lors de l'enquête publique cet automne. L'occasion d'ailleurs, pour les élus convaincus de la nécessité et de la pertinence de la LGV, de battre le rappel. « Il nous faudra jouer la solidarité et l'unité dans les discours car ceux qui sont contre le projet occuperont le terrain », a lâché le président du Conseil économique et social de Midi-Pyrénées, Jean-Louis Chauzy, présent hier. De même, le sénateur gersois, Raymond Vall, rappelait aux Lot-et-Garonnais que la LGV était « le seul moyen de désenclaver le Gers. D'ailleurs, notre département participera à sa mesure à l'effort financier. »

Quelques questions sont venues de la salle, notamment sur les répercussions économiques. On évoqua les 100 000 emplois générés par le chantier. Et après ? « Il va nous falloir vendre la destination Agen comme destination de développement économique et non comme ville- dortoir à quelque vingtaine de minutes de Bordeaux et de Toulouse. C'est le vrai enjeu : amener les entreprises à investir chez nous en valorisant les gains de temps ferroviaire et l'emplacement », a conclu Jean-Alain Mariotti, président de la CCI 47.

Commentaires :

1 ) Vous avez lu comme moi : On évoqua les 100 000 emplois générés par le chantier! Quand celui de Bordeaux-Tours arrive avec peine à 5000 d'après les chiffres officiels de Vinci ! Et pourtant ils parlaient dans un cadre sérieux ! Jamais RFF n'annonce de données aussi mensongères. Ce sont les politiques qui sont prêts à tout !

2 ) Et le sénateur Vall prêt à payer sauf que le Gers ne paie plus pour Bordeaux-Tours!

3 ) Et Jean Louis Chauzy qui a la tribune d'un colloque nous a traités "de résidus des opposants" qui bat le rappel !

Non à une ligne TER à Brax
Tag(s) : #lot et garonne

Partager cet article

Repost 0