Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voici un nouvel article utile de La Dépêche Lot et Garonne. JPD

Le rapport de la Cour des comptes sur la rentabilité des TGV a donné du baume au cœur des opposants à la Ligne Grande Vitesse, dont fait partie Claude Semin, président de l'Association de défense du patrimoine caudecostois. Il a interpellé Jean-Dionis du Séjour, à l'occasion de l'inauguration de la rue Marcelin-Serret.

Le président de l'agglo n'est peut-être pas de votre avis ?

Bien sûr. Je lui ai demandé rendez-vous pour lui détailler les thèses que nous défendons qui se trouvent confirmées par le rapport de la Cour des comptes du 16 octobre.

Quels sont vos arguments ?

La LGV Bordeaux-Toulouse ne se justifie ni en termes économiques, ni techniques et ni environnementaux. Nous le prouverons, références à l'appui. RFF, pour ce projet comme pour bien d'autres, poussé par les élus qui veulent leur LGV, modifie les facteurs clés. Ainsi, les coûts sont systématiquement réduits et le nombre de passagers prévus augmentés. Facile, à ce moment-là, de prouver que la ligne sera rentable. La Cour des comptes le dénonce, après, mais le mal est fait. Nous voulons profiter des possibilités que la loi nous offre pour le prouver et avancer des propositions.

Qu'en pense Jean Dionis ?

Je lui ai dit : «Vous êtes ingénieur, vous devez savoir qu'une LGV n'est efficace qu'au-dessus de 300 km. La conséquence est évidente et inéluctable : le TGV ne s'arrêtera pas souvent à Agen, vous allez financer à hauteur de 80 millions €, pour voir passer les trains.» Je vais lui démontrer cela et l'informer de la nouvelle alternative que nous proposerons pour le faire changer d'avis. Ce sera dur, m'a t-il répondu.

EUP : Claude Sémin sur La Dépêche
Tag(s) : #enquête d'utilité publique

Partager cet article

Repost 0