Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Comment ne pas le reconnaître, en 12 000 pages format A3 le dossier d’enquête d’utilité publique de la LGV est mieux que toutes les encyclopédies sauf que…

Mais voyons d’abord le mieux.

Pour le secteur d’Angeville où j’habite depuis presque 20 ans je découvre par exemple une faune extraordinaire dont je n’avais pas la moindre idée.

Par quoi je commence ?

Le crapaud calamite deux fois en photo m’impressionne au plus haut point mais moins que la loutre d’Europe dont je me dis qu’avant de mourir j’en verrais peut-être la couleur.

Pour son nom, le minioptère de Schreibers bat de loin le Gomph de sterne !

Je ne sais si les bergeronnettes que j’observe sont bien des bergeronnettes printanières mais je sais que ce point n’a rien d’original et je soupçonne que pour faire leur catalogue des merveilles locales, les auteurs de cette partie du dossier ont fait peu d’enquêtes de terrain.

Quelle est la zone de vie de la salamandre tachetée ? Et du blongios nain ?

Franchement combien on peut être ignorant de la nature qui nous entoure !

L’aigrette nous est familière à tous mais peut-être pas l’aigrette garzette.

Quant au grand murin, il a la palme en nombre de références.

Je vais finir par les plus beaux : la huppe fasciée et le cochevis huppé.

Dans l’eau des ruisseaux je dois saluer l’anguille européenne.

Vous l’avez deviné je ne parle que des éléments vus en photo car si en plus, j’avais dû lire les pages en question j’étais alors submergé par la diversité de cette faune.

Vous l’avez compris les 12 000 pages du dossier servent à noyer l’éventuel lecteur assez fou pour se lancer dans la lecture et pendant ce temps, les sujets cruciaux vraiment liés à la construction de la LGV passent à l’as.

A la réunion publique d’Angeville en parlant de l’Autorité environnementale qui doit vérifier avant toute publication de document d’utilité publique sa conformité avec les lois sur l’environnement (elle peut juste faire des réclamations dont personne ne tient compte mais qui nécessitent cependant un travail de titan), quelqu’un a eu cette réflexion de bon sens : "Et n’y-a-t il pas une Autorité financière qui fait de même du côté du montage financier ?" Une personne a ajouté : "Mais oui la Cour des Comptes qui ne peut intervenir qu’à postériori !"

Jean-Paul Damaggio

EUP : les merveilles du dossier
Tag(s) : #enquête d'utilité publique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :