Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour l'EUP je me propose d'intervenir dix fois. Je l'ai déjà fait à Angeville sur des questions locales, à Escatalens à propos de la carrière et à présent à Montauban. Il est bien sûr préférable que par exemple à Escatalens un habitant du lieu intervienne lui-même mais faut-il encore qu'il sache ! Donc les interventions sur les registres ne s'adressent pas seulement aux commissaires enquêteurs mais aussi aux élus locaux et aux habitants. Aujourd'hui voici mon message écrit sur le registre de Montauban. C'est le sixième. Jean-Paul Damaggio

Au Commissaire enquêteur

Monsieur le commissaire enquêteur de l’EUP de la LGV GPSO, je tiens à vous faire observer que quand une LGV se construit, la SNCF déclasse aussitôt les lignes existantes qui pourraient lui faire concurrence donc pour ce qui concerne le projet, il s’agit de la ligne actuelle Bordeaux-Toulouse et Toulouse Paris par Limoges.

Dans l’enquête socio-économique qui veut étudier la rentabilité de la LGV, nulle part j’ai découvert les effets négatifs induits sur les autres lignes, comme ce fut le cas dans l’EUP pour la LGV Limoges-Poitiers.

Il est bien beau de pointer l’augmentation de trafic mais si on ne dit pas que cette augmentation est liée à la mort des autres lignes en tant que grandes lignes, on fausse le résultat sur deux plans :

1) L’augmentation du prix du billet qui ne peut qu’interférer avec l’utilisation du rail : or le cabinet Claraco a déjà démontré que sur Toulouse-Paris par Bordeaux le prix du billet était équivalent à celui de Paris-Marseille alors que pour le moment le seul tronçon LGV est Paris-Tours.

2) La création de la LGV ne peut empêcher les dépenses qu’il faudra poursuivre pour entretenir les vieilles lignes qui vont être à la charge des régions.

Concrètement tout ceci a des conséquences graves pour la gare Montauban-Villebourbon destinée à devenir simplement gare TER. Pour le moment vous pouvez prendre le train à Montauban et sans descendre atteindre Perpignan. Demain il faudra dans tous les cas prendre une correspondance à Toulouse à cause de l’absence d’intercités. De même, pour aller à Limoges, la SNCF vient d’annoncer dès à présent, qu’en 2017 il faudra prendre le TER jusqu’à Brive pour y saisir une correspondance. La « merveilleuse » gare nouvelle n’aura que DEUX destinations : Toulouse ou Agen-Bordeaux (et Paris en suivant) alors que la gare de Villebourbon est un carrefour ferroviaire nord-sud et est-ouest !

La rentabilité d’un train (et son service aux territoires) c’est quand les voyageurs peuvent descende et monter en plusieurs endroits (la comparer systématiquement avec l’avion sera toujours ridicule).

L’EUP fait-elle la comparaison entre le nombre d’arrêts de trains actuels pour Paris et celui de demain à la gare de Bressols ? En supprimant tous les arrêts sur la ligne POLT (sauf à prendre le TER), ce qui est grave pour toutes les gares desservies actuellement vers le nord (Caussade, Cahors, Gourdon…) la gare de Bressols peut faire valoir de faux mérites.

Par tous les dégâts commis, au vu des bénéfices illusoires, la gare de Bressols s’annonce comme un non-sens économique et social. Jean-Paul Damaggio

EUP : Ma contribution sur Montauban
Tag(s) : #enquête d'utilité publique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :