Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au moment où Malvy à la culot de lire dans le rapport de la Cour des Comptes que tout va bien pour la LGV Bordeaux-Toulouse son journal chéri annonce que tout va mal pour la SNCF. Mais il est en Chine et n'a pas le temps de se pencher sur des détails comme le prix du billet SNCF. JPD

Article de La Dépêche

Une note interne confidentielle de la SNCF proposerait des hausses de tarifs, la suppression des wagons-bar et un durcissement des conditions de remboursement des billets pour pallier le manque de rentabilité des TGV.

Encore une mauvaise nouvelle pour le portefeuille des ménages. Après la volonté du gouvernement d'augmenter les tarifs de l'électricité de 2,5 % dès 1er novembre prochain, ce serait autour de la SNCF de faire grimper le prix des billets des TGV. Selon des informations de presse, la société ferroviaire serait tentée d'augmenter les tarifs de ses trains à grande vitesse de six à douze euros afin de rentabiliser certaines lignes déficitaires. Selon plusieurs scénarios à l'étude, ce serait les passagers de première classe qui seraient le plus pénalisés. La fuite émanerait d'un document interne des services marketing de la SNCF.

Une mesure qui ne serait pas neutre puisqu'elle ferait entrer dans les caisses entre dix et quinze millions d'euros en un an dans les caisses de la SNCF. Parmi la panoplie de mesures destinées à grignoter quelques euros sur les passagers on relève aussi un durcissement des conditions pour échanger ou se faire rembourser pour le tarif le plus répandu baptisé «Loisir».

La fin des wagons restaurants

à elle seule, cette mesure de durcissement doit générer 25 millions d'euros d'économies par an. Toutefois, la direction de la SNCF n'aurait pas encore donné son feu vert à cette note interne. Destiné accroître la rentabilité du TGV mise en cause récemment par la Cour des comptes (lire encadré), ce plan d'actions pourrait aussi signer la fin des wagons-restaurants sur les lignes de moins de trois heures de temps de parcours. La suppression du bar sur les 39 000 liaisons de moins de trois heures (excepté Paris-Lyon) pourrait rapporter près de douze millions d'euros. Par exemple, le remboursement du billet deviendrait impossible sept jours avant le départ. Outre la «refonte de la gamme» tarifaire de la première classe, les Espaces Pro Première verraient la restauration systématiquement incluse, avec une hausse des tarifs à la clef (douze euros pour Pro Première occasionnel et de six euros sur le tarif fréquence). Les passagers seraient donc contraints de manger à bord ce qui poussera, selon les projections de la SNCF, des passagers de première à basculer vers la seconde classe.

La rentabilité des tgv mise en doute

Dans un rapport, la Cour des comptes a dénoncé la semaine dernière les dérives de gestion des lignes à grande vitesse. La marge opérationnelle des TGV est tombée de 14,2 % en 2011 à 11,4 % en 2013. En cause : des arrêts trop fréquents, des trajets trop longs, des bassins de vie desservis pas assez peuplés, des taux d'occupation pas assez élevés. Les hausses de tarifs seraient la réponse à ce manque de rentabilité désormais chronique. G.B.

Pour Malvy, tout va, Pour la SNCF, non !
Tag(s) : #LGV, #Malvy

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :