Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le lundi 27 octobre à 16 h 51 dans la boîte mail des adhérents de la CCI du 31 tombe un appel à intervenir dans l'EUP en faveur de la LGV Bordeaux-Toulouse.

Aussitôt des messages arrivent sur le site de l'enquête d'utilité publique pour dire et redire: oui, oui à la LGV. Et quand le PDG n'a pas le temps d'envoyer le message c'est la secrétaire qui s'en charge.

Naturellement le thème majeur va être : "La LGV est vitale pour l'essor économique de notre région". Personne n'a jamais démontré que l'arrivée de la LGV ait suscité un développement économique mais ce lieu commun à la vie dure.

Arrêtons nous sur un autre argument : "désenclaver".

-"Dans le cadre du désenclavement de Toulouse"

-"le développement économique du Grand Toulouse qui est pour l'instant un peu enclavé en termes de transport ferroviaire."

-"le mérite de participer bien plus tôt à son désenclavement !"

-"en désenclavant Midi Pyrénées"

-"désenclavement de la région"

En fait un intervenant croit que la LGV c'est même bon pour la ligne TER Toulouse-Luchon dont on évoque la suppression !

Disons-le, ces remarques sont celles de personnes enclavées dans une cage toulousaine!

La LGV pour désenclaver Toulouse de ses embouteillages, Albi ou même Rodez villes bien connues de Midi-Pyrénées ?

La LGV qui va tuer la POLT pour désenclaver Cahors et le centre de la France ?

Disons-le, ces remarques sont celle de personnes enclavées dans leur petit univers.

La LGV pour faciliter la circulation des 90% de gens qui ne prennent jamais le TGV et le prendront encore moins comme le démontrent les études, et l'augmentation du prix du billet.
La LGV pour un train qui, lit-on, va mettre Toulouse à moins de 3 h de Paris mais sans s'arrêter ! Que peut désenclaver un train qui ne s'arrête pas ?

Il m'est arrivé d'entendre un chef d'entreprise toulousain dire, dans un excès de sincérité, que pour lui il est plus important que ses salariés arrivent à l'heure au travail grâce à des TERs convenables, plutôt que de gagner 30 minutes pour aller à Paris.

Mais là n'est pas le mot d'ordre d'aujourd'hui.

Jean-Paul Damaggio

Le lundi 27 octobre à 16 h 51 dans la boîte mail des adhérents de la CCI du 31 tombe un appel à intervenir dans l'EUP en faveur de la LGV Bordeaux-Toulouse.

Aussitôt des messages arrivent sur le site de l'enquête d'utilité publique pour dire et redire : oui, oui à la LGV. Et quand le PDG n'a pas le temps d'envoyer le message c'est la secrétaire qui s'en charge.

Naturellement le thème majeur va être : "La LGV est vitale pour l'essor économique de notre région". Personne n'a jamais démontré que l'arrivée de la LGV ait suscité un développement économique mais ce lieu commun à la vie dure.

Arrêtons nous sur un autre argument : "désenclaver".

-"Dans le cadre du désenclavement de Toulouse"

-"le développement économique du Grand Toulouse qui est pour l'instant un peu enclavé en termes de transport ferroviaire."

-"le mérite de participer bien plus tôt à son désenclavement !"

-"en désenclavant Midi Pyrénées"

-"désenclavement de la région"

En fait un intervenant croit que la LGV c'est même bon pour la ligne TER Toulouse-Luchon dont on évoque la suppression !

Disons-le, ces remarques sont celles de personnes enclavées dans une cage toulousaine!

La LGV pour désenclaver Toulouse de ses embouteillages, Albi ou même Rodez villes bien connues de Midi-Pyrénées ?

La LGV qui va tuer la POLT pour désenclaver Cahors et le centre de la France ?

Disons-le, ces remarques sont celle de personnes enclavées dans leur petit univers.

La LGV pour faciliter la circulation des 90% de gens qui ne prennent jamais le TGV et le prendront encore moins comme le démontrent les études, et l'augmentation du prix du billet.
La LGV pour un train qui, lit-on, va mettre Toulouse à moins de 3 h de Paris mais sans s'arrêter ! Que peut désenclaver un train qui ne s'arrête pas ?

Il m'est arrivé d'entendre un chef d'entreprise toulousain dire, dans un excès de sincérité, que pour lui il est plus important que ses salariés arrivent à l'heure au travail grâce à des TERs convenables, plutôt que de gagner 30 minutes pour aller à Paris.

Mais là n'est pas le mot d'ordre d'aujourd'hui.

Jean-Paul Damaggio

EUP : Bravo à la CCI du 31
Tag(s) : #enquête d'utilité publique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :