Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous avions rencontré le maire de Castelsarrasin et il nous avait indiqué que par rapport à l’EUP, au nom de la démocratie participative, il proposerait une intervention reprenant les réclamations présentées par l’association de Bénis qui, sur son territoire, est mobilisée depuis longtemps par ce sujet.

Le 20 novembre c’est donc la délibération soumise au vote du conseil municipal.

Que demande l’association de Bénis ?

Ma première participation à la lutte contre la LGV s’est produite au cours d’une réunion tenue à Angeville en janvier 2010 où la dite association de Bénis était venue en force tenir un discours violent contre la LGV, sous les yeux effarés du conseil général Monsieur Capayrou qui, par la suite, a cessé de s’occuper de LGV au point que son conseil municipal préféra parler d’une EUP locale que de l’EUP de la LGV.

Propos violents ? « Jamais cette LGV ne se fera : nous y mettrons des tracteurs, nous nous coucherons sur la voie, c’est une monstruosité. »

Puis à Bénis, comme dans bien d’autres endroits, un certain fatalisme a repris le dessus avec en toile de fond ce discours : « Si vous refusez la LGV, M. Baylet ne va pas vous aider à améliorer son insertion dans la paysage… ». Alors, à Benis comme à Lacourt St Pierre ou ailleurs le mot d’ordre est devenu celui-ci : « De toute façon cette LGV va se faire, donc obtenons un bon tracé. »

Comme le projet de départ laissez quelques marges, les négociations sont intervenues sur les marges. Puis globalement, les maires ont vérifié que RFF n’agissait qu’en fonction des intérêts techniques de la LGV qui sont immenses, avec peut-être ici ou là quelques tracés retenus surprenant. A Caumont la LGV est descendue des coteaux pour la plaine à la surprise de quelques-uns, à Lacourt un des projets a été retenu à la place de l’autre, à Campsas la LGV est passé d’un côté à l’autre de l’autoroute. Pour Bénis par contre le tracé est resté le même pour l’essentiel car il n’y avait pas 36 passages possibles pour franchir la Garonne.

Ceci étant l’association a obtenu quelques succès dont le plus important est celui de se débarrasser d’une base travaux qui logiquement pouvait atterrir sur son territoire vu qu’il est traversé par une voie ferrée. Cette base travaux a finalement était installée sur un territoire de RFF, à Saint-Jory. Le problème cependant reste entier car de St-Jory à St-Colombe (l’autre base travaux) la distance est telle qu’il faudra bien des zones pour entreposer les matériaux. Peut-être sur la zone militaire des réservoirs de carburant dont on dit qu’elle devrait fermer ?

Bref, pour l’EUP l’association, donc avec l’appui de la mairie, affirme quelques refus :

  • Refus toujours de la base travaux
  • Refus d’ouverture d’une carrière
  • Refus d’accueillir des stockages de gravats
  • Refus d’un rond point.

D’autres points du même ordre ont été évoqués que je n’ai pu noter mais qui révèle un autre type de refus : se prononcer sur le fond. Car il est possible de dire que cette LGV est une absurdité mais que si elle se fait alors on refuse une nouvelle carrière etc…

En guise de discussion, une seule intervention, celle de M. Angles, au nom de l’opposition qui a demandé si on savait où seraient pris les gravats. Visiblement l’article de M. Rup dans La Dépêche avait été lu puisque le maire répondit qu’on ne savait pas où et que pour l’emploi il était normal de penser aussi aux intérêts des carriers.

Conclusion : la question a été au moins présentée au Conseil municipal. Et si la LGV se fait nous verrons bien l’effet, sur le constructeur, des refus exprimés. A la lumière de la construction de Bordeaux-Tours disons le nettement : les impératifs du constructeur passent par-dessus les observations des citoyens même appuyées par la municipalité. Quand on a sur les bras un projet aussi grandiose comment ne pas accepter de souffrir un peu pour l’intérêt général !

EUP : CM de Castelsarrasin
Tag(s) : #enquête d'utilité publique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :