Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous continuons à publier des contributions qui peuvent éveiller quelques idées chez les lecteurs. Nous rappelons qu'il est possible de s'appuyer y compris sur les registres, sur une contribution existante pour la soutenir. Nous rappelons qu'il est possible d'écrire sur les registres de plusieurs communes suivant les sujets que l'on veut traiter. Pour Saint-Aignan par exemple s'insurger contre la disparition de zones humides... JPD

Contribution d’EELV 82 à l’EUP concernant la LGV Toulouse Bordeaux

Monsieur le commissaire enquêteur,

Le groupe local d’EELV 82 souhaite verser une contribution au dossier concernant la construction de la LGV car cette ligne va impacter et modifier le paysage départemental de façon irréversible et ce de part en part.

Compte tenu des conséquences à la fois financières, d’aménagement du territoire, du service rendu à la population Tarn et garonnaise et de l'impact sur notre environnement ainsi que pour les 31 communes traversées, la construction de cette infrastructure interroge réellement sur la plus value qu’elle va apporter.

Sur l’aspect financier :

Ce projet met à contribution les collectivités locales que sont le Conseil Général et le Grand Montauban alors que ces participations financières n’entrent pas dans leurs compétences et que par ailleurs ces mêmes collectivités sont amputées d’une partie de leur dotation par l’état pour cause d’économie des dépenses publiques et de remboursement de la dette nationale.

C’est la double peine.

Or ce sont ces collectivités qui gèrent et répondent aux besoins fondamentaux quotidiens de proximité, sociaux et éducatifs de nos concitoyen-nes et forcément l’argent investit dans ce projet le sera au détriment d’autres.

En clair vaut il mieux construire des écoles ou une LGV ?

Nonobstant que ce projet est un gouffre financier sans fond, dont le coût n’a pas encore fini de grimper et dont le financement n’est pas encore stabilisé compte tenu de l’abandon de l’éco taxe, qu’adviendra t il si, dans le cas de la réforme territoriale qui s’annonce, le Conseil Général du Tarn et Garonne (tout comme d’autres conseils généraux prévus au financement) venaient à disparaitre ?

Qui paierait la part du Conseil Général soit 39 millions d’euros ?

De plus, bien que le coût de la gare soit compris dans le coût global des 8,3 milliards d’euros, les aménagements et les abords restent à la charge des collectivités.

Afin de rentrer dans leurs fonds, ces collectivités vont-elles décider de faire payer les places de parking entourant la gare ?

Comment ces espaces sont ils gérés ailleurs sur des lignes LGV existantes ?

Tout ça pour quoi ?

Pour permettre à une minorité d'usagers du train de gagner quelques minutes, car c'est bien de quelques minutes dont il s'agit en comparaison avec un TGV roulant sur les lignes existantes améliorées.

En effet le temps estimé par GPSO-RFF en aménageant la ligne actuelle est de 3h55 (la contre étude : 3h35) entre Toulouse et Paris.

Soit 20 mn de différence.

Par contre :

Le coût estime de la LGV Toulouse-Bordeaux et Bordeaux -Dax : 8,3 milliards d'euros + 566 millions pour les aménagements au Nord de Toulouse + 613 millions d'euros pour les aménagements au Sud de Bordeaux.

Le coût estime pour une rénovation de la ligne actuelle : 3 milliards d'euros.

Donc c'est environ 5 milliards d'euros pour gagner environ 20 minutes !

Nous sommes la dans une gabegie financière !!

Sur l’aménagement du territoire :

De tels projets s’inscrivent dans des logiques anciennes de développement, laissant croire que l’arrivée de la LGV va générer une suractivité économique elle-même source de croissance, elle-même facteur de résorption du chômage.

Or à ce jour, plusieurs lignes LGV sillonnent déjà notre pays et le nombre de demandeurs d’emploi ne cesse d’augmenter, donc il est illusoire de croire que de telles infrastructures sont une réponse appropriée à la baisse du chômage. En revanche, elles font la part belle à l’étalement urbain, où se sont toujours les zones agricoles qui sont sacrifiées, bétonnées au détriment d’une production agricole de proximité, porteuse, elle, de création de main d’œuvre.

De telles décisions d'aménagement sont en totale contradiction avec d'autres décisions prises par ailleurs pour limiter l'étalement urbain et l'artificialisation des sols.

De plus ce genre de projet, génère d'autres projets locaux de pseudo développement.

Ainsi dans le Tarn et Garonne, le Grand Montauban a décidé de créer une ZAD entre Montauban et Bressols, lieu ou est prévue la future gare.

Ce projet de ZAD va ainsi voir l’engloutissement de 632 hectares pour la construction de commerces, hôtels, restaurants, entreprises,… autour de la gare.

C’est autant de terres agricoles perdues à tout jamais en plus des hectares utilisés pour la LGV elle même.

Par ailleurs, dans le cadre du tracé retenu, la LGV traversera franchement plusieurs zones classées en znieff et des cours d'eau eux même inscrits en znieff :

- "Forêt d'Agre et d'Escatalens, bois de la Moutette, de la Barraque et de Fromissard" sur les communes d'Escatalens, Montbeton, Saint-Porquier et Lacourt-Saint-Pierre

- "Village de St-Aignan et boisements riverains" sur les communes de Castelferrus et de Garganvillar.

- "Cours de la Gimone et de la Marcaoue" à la limite communale de Cordes-Tolosannes et de Garganvillar

- "Ensemble d'habitats acides de la Viguerie" sur la commune de Labastide-Saint-Pierre

- "Garonne et milieux riverains, en aval de Montréjeau" et "La Garonne de Montréjeau jusqu'à Lamagistère" sur la commune de Cordes-Tolosannes.

Détruire ces zones humides, c'est augmenter les risques d'inondations, augmenter les périodes d'assèchement des cours d'eau, détériorer la qualité de l'eau et la biodiversité. C'est rompre un équilibre naturel nécessaire.

En France, 30% des espèces végétales remarquables et menacées vivent dans les zones humides. Environ 50% des oiseaux dépendent d'elles. Deux tiers des poissons consommés s'y reproduisent ou y vivent.

Compte tenu des prévisions allant vers un réchauffement climatique, l'eau va devenir un enjeu majeur dans les années à venir.

En sacrifiant ces zones humides, c'est un équilibre vital qui est détruit.

Pour toutes ces raisons, le groupe EELV 82 donne un avis défavorable à ce projet de LGV.

EUP : Contribution EELV 82
Tag(s) : #enquête d'utilité publique

Partager cet article

Repost 0