Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous avons déjà révélé que de 2005 à 2014 les coûts pour les tronçons nord-Toulouse et sud-Bordeaux avaient été multipliés par 10.

Aujourd'hui grâce à un document RFF nous pouvons faire d'autres révélations.

Dans le dossier du maître d'ouvrage de 2005 on apprend page 33 « qu’une trentaine de trains de fret circule chaque jour dans les deux sens sur cet axe.». En juin 2014 les chiffres RFF indiquent 11 trains. Et il faudrait noter que les travaux sur Bordeaux-Tours dévient actuellement quelques trains par Montauban puis Limoges. Même mieux, nous lisons en 2005 pour Montauban-Toulouse (page 33) : « C’est donc une soixantaine de trains de fret qui circule chaque jour dans les deux sens sur la section Montauban-Toulouse" (données 2002). Nous sommes très loin de 21 qui ressortent du document 2014 de RFF !

Pour les trains grandes lignes (TGV, Corail, Teoz) nous étions (page 32) pour Bordeaux-Toulouse à "seize trains par jour dans les deux sens qui effectuent le trajet en 2 heures". Là, par contre, il y a une forte augmentation avec 30 trains par jour (juin 2014 RFF). Pour Montauban-St Jory on passe à 44 trains par jour ce qui implique 14 trains qui partent vers Limoges. Or il y a seulement 12 TGV qui partent vers Bordeaux !

A la page 56 on apprend que « sur l’axe Toulouse-Montauban-Agen, le plan régional prévoit de passer de 32 trains par jour en décembre 2004 à 150 sur la section la plus chargée à long terme. » Dans le cahier d’acteurs, Brigitte Barèges et Jean-Michel Baylet avaient traduit « à long terme » par « d’ici cinq ans » ! Donc pour 2010 ! Or en dix ans ce nombre de TER est passé de 32 à 31 d'après les données RFF (juin 2014) ! En fait, comme toutes les données de 2005, même le 32 TER était surévalué, car depuis il y a tout de même quelques TER en plus ! L'expression "à long terme" est si généreuse que même le document de l'EUP ne prévoit au mieux que 92 trains en 2032 !

Bilan : en 2005 on a raconté des salades à des élus et aux citoyens qui ont alors accepté la LGV sans connaissance de cause.

Bilan : en aucun cas comme RFF le reconnaît la ligne actuelle n'est saturée.

A suivre. Jean-Paul Damaggio

EUP : de 2005 à 2014 document exclusif
Tag(s) : #enquête d'utilité publique

Partager cet article

Repost 0