Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans les conclusions de l'enquête des commissaires sur le Limoges-Poitiers on trouve des réflexions utiles et le fait que trois commissaires sur 11 aient tenu à afficher une position défavorable est important. S'ils étaient venus nous interroger en Midi-Pyrénées peut-être auraient-ils étaient plus nombreux à répondre non au barreau tant chéri par des illuminés.

Nous lisons dans les conclusions du rapport des commissaires :

"La solution souhaitée par beaucoup d'intervenants à l'enquête d'utilité publique, d'amélioration de la ligne POLT existante a perdu de sa crédibilité dans la mesure où la région de Toulouse a choisi de se raccorder à Paris par Bordeaux plutôt que par Limoges,

Pour Toulouse cette solution est rationnelle car elle relie la région Toulousaine à la région Aquitaine, région de 3,2 millions d'habitants, 4 fois plus importante que la région Limousine (0,7 millions d'habitants) et qu'en outre cette liaison l'ouvre aussi sur la façade Altantique, voire l'Espagne."

Qui est Toulouse ?

Si on parle des grands élus de Toulouse qui prennent l'avion, les commissaires ont tout à fait raison mais si on parle des voyageurs en train, ils ont tout à fait tort !

Malgré le marketing acharné pour inciter les voyageurs toulousains à passer par Bordeaux (voire par Montpellier) pour aller à Paris, encore aujourd'hui ils sont très nombreux à choisie le voyage… par Limoges ! Je n'ai les données qu'en nombre de trains (une équivalence entre les deux directions) et en terme de voyageurs les TGV vont Bordeaux sont pleins en moyenne à 34 % (voir enquête Claraco basée sur les données SNCF).

Où est Toulouse ?

Rappelons que la ligne POLT s'appelait autrefois Paris-Cerbère et était donc un lien direct avec l'Espagne. Aujourd'hui, c'est le passage par Lyon qui est privilégié pour aller à Perpignan, mais le train de nuit suit l'ancienne voie. La fonction de Toulouse a toujours été de soutenir l'axe central alors que la première voie ferrée du Sud-Ouest allait en effet de Bordeaux à Sète. Rappelons donc aux commissaires que cette voie ferrée existe toujours avec même aujourd'hui des trains de fret qui, venant par Bayonne-Bordeaux rejoignent ensuite la POLT.

Vive la gare d'Austerlitz

Et pour terminer ces quelques mots, rappelons que la gare Montparnasse qui couvre la Bretagne et l'Atlantique frise la saturation alors que la gare d'Austerlitz est disponible et souvent beaucoup plus pratique (je ne rentre pas dans les détails).

Conclusion :

Il ne faudrait pas dire à Limoges oui à Limoges-Poitiers car Toulouse en suit plus et dire à Toulouse, oui à Bordeaux-Toulouse puisqu'à Limoges ils veuelnt passer par Poitiers. Il ne faudrait pas dire qu'à Cahors on veut passer par la LGV Bordeaux-Toulouse quand on est au sud, et qu'on veut passer par Limoges-Poitiers quand on est au nord. Il est encore temps de sauver la POLT pour le bien d'un aménagement équilibré du territoire. Pour cela, je l'avoue, je ne compte pas sur les élus du Conseil régional Midi-Pyrénées mais sur les citoyens et les élus des départements. Malvy malgré son poids incontestable dans le Lot n'a pas réussi à obtenir du Conseil général du département aussi socialiste que lui, le financement de Bordeaux-Tours.

Jean-Paul Damaggio

EUP : de Limoges à Toulouse
Tag(s) : #enquête d'utilité publique, #limoges LGV rénovation lignes existantes

Partager cet article

Repost 0