Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si grand projet ferroviaire il y a, même si les trains sont vides, il faut les alimenter en électricité donc il aurait fallu brosser le tableau des disponibilités en énergie électrique pour le sud-ouest.

Malheureusement, suivant le principe à chacun sa responsabilité RFF indique seulement le nom des sous-stations :

Verlhaguet raccordement ligne électrique de 250 kv

Montesquieu raccordement électrique 400 kv

Oui mais comment alimenter les sous-stations ?

Page 34 du document B on a une réponse aussi évasive que d'habitue sur les dossiers chauds :

"L'alimentation des sous-stations électriques des lignes nouvelles à partir du réseau électrique de RTE donne lieu à la création de liaisons électriques à très haute tension à la longueur variable. Ces liaisons sont souterraines ou plus rarement aériennes lorsque le point de départ de la liaison localisé à côté de la sous-station."

Claraco dans son étude sur les lignes existantes consacre, inversement, une étude minutieuse à la question.

RFF a beau répondre :

"Il est absolument faux d’affirmer que la consommation énergétique du tronçon Bordeaux- Toulouse du GPSO impliquera la création d’une nouvelle centrale de production thermique. RFF étudie au contraire la possibilité de recourir le plus possible à des énergies renouvelables, en complément de la production électrique fournie par RTE."

A partir des données fournies comme croire RFF qui ne donne aucune évaluation de l'énergie nécessaire et celle disponible ? Faut-il attendre la future nouvelle enquête d'utilité publique ? JPD

EUP : La consommation électrique
Tag(s) : #enquête d'utilité publique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :