Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 12 mai 2010, j'ai participé à une précédente réunion tenue à Labastide Saint-Pierre : ICI. Exceptionnellement, deux maires s'étaient unis pour présenter les conséquences de la LGV sur le secteur Campsas-Labastide.

Avec l'EUP, grâce à une poignée de personnes, l'Association Alternative LGV Midi-Pyrénées a proposé un nouveau débat.

Après les arguments énoncés à la tribune en faveur de la rénovation des lignes existantes comme alternative à la LGV, (je n'y reviens pas sur ce blog car les propos de Patrick Puech, Claude Semin et Jean-Paul Damaggio sont connus) un large débat a pu s'ouvrir avec la salle, à commencer par l'intervention du maire de la commune.

Il s'est associé à l'idée qu'il était important d'intervenir sur les registres mais, considérant que le projet est inévitable, il pense plus à des remarques, en vue d'organiser ensuite la défense des impactés. Il indique par exemple que les expropriés ont tout intérêt à faire évaluer leur maison, à présent, par un expert immobilier, pour pouvoir mieux se défendre ensuite (600 euros l'opération tout de même), sauf que la maison a déjà perdu de la valeur. Cette proposition était une réponse indirecte à une autre question plus précise : dès à présent les maisons des riverains sont déjà impactés par le projet et leur bien perdant de 20 à 50% de leur valeur comment faire en sorte que les taxes communales soient revues à la baisse ?

Belle intervention qui nous rappelle les dégâts actuels et réels déjà aujourd'hui du projet LGV. Un témoin du chantier Tours-Bordeaux a explicité les dégâts colossaux qui s'y produisent et rappeler des luttes dans les Pyrénées qui furent victorieuses.

De la salle est venu un rappel d'un autre effet du chantier : les actuelles et futures carrières et les incidences sur tout le réseau hydrologique. Comme pour les effets sonores évoqués, les analyses et données de RFF sont souvent incomplètes.

Et l'emploi : là aussi le maire, sur la base d'un témoignage d'un élu victime de la LGV-Est, opposé au départ à la ligne, annonce des dizaines de milliers d'emplois. le voyage des élus du Tarn et Garonne à Reims a beaucoup marqué les esprits : comme nous l'avons suggéré maintes fois pourquoi ne pas aller sur le chanter, si proche, de la Tours-Bordeaux ?

Or le document mis à l'EUP est pourtant clair sur le sujet : en tenant compte de tout, chantier et emplois induits, RFF chiffre à 10 000 emplois sur tout le GPSO ! Mais pas 10 000 emplois créés puisque les 4000 du chantier ne seront que le transfert du chantier Tours-Bordeaux !

Autre débat :

Monsieur le maire a cependant tenu à argumenter sur trois points classiques qui étaient déjà en 2010 au cœur de son propos :

- faute d'un nouvel aéroport il faut bien la LGV

- et il faut juger du projet à l'échelle de nos enfants

- de plus avec une gare à Bressols nous avons la chance d'avoir la gare de Toulouse-nord.

Réponse aussi de la salle : le projet de gare matabiau nouvelle met en veilleuse celle de Bressols ; pour les enfants ne risque-t-on pas de leur laisser des dettes ; et tout prouve que sans nouvel aéroport la vie continue.

En clair un vaste débat démocratique, avec échange d'arguments qui a laissé bien des points dans l'ombre mais qui a fait ressortir de manière unanime qu'en effet la solution de l'alternative mériterait d'être plus sérieusement mise en débat, au sein de la classe des élus, qui n'ont connu qu'un discours : le TOUT LGV.

La satisfaction générale a été telle que les contacts ont été pris pour deux réunions supplémentaires dans des villes proches dont Fronton.

Jean-Paul Damaggio

P.S1. Dans les débats d'après réunion quelqu'un m'a demandé pourquoi avoir distribué la reproduction du document de l'EUP sur les effets sonores sur Labastide St-Pierre. En fait j'ai oublié un truc comme bien d'autres : sur la commune la LGV enjmabe l'autoroute et je ne suis pas sûr qu'à cet endroit tout le monde soit conscient que pendant les travaux il y aura détournement de la dite autoroute car chacun le comprend il n'est pas possible de construire le pont avec des voitures qui circulent dessous. J'apprends alors qu'à cet endroit là justement on commence à remblayer !

P.S2 : A la fin j'ai eu le malheur d'évoquer l'accident du Concorde comme fin de cette merveille technologique. On m'a remis en place : "C'est New York qui a refusé le bruit de cet avion" et "La technologie du Concorde a servi ensuite sur Airbus".

Dont acte d'autant que je sais très bien que les USA savent élaborer des règlement pour empêcher l'arrivée des technologies européennes sur leur sol. Je me souviens du temps de la DS : il lui fallait des pare-chocs règlementaires qui rendait la voiture ridicule. Je me suis mal exprimé : je voulais parler de la source à la vitesse ainsi arrêtée. Je précise que je suis de ceux qui défendent l'idée de l'intermodalité : l'avion, le bus, le train, la voiture et le vélo ont TOUS leurs mérites. Il s'agit de leur laisser un place en harmonisant leur rôle.

EUP : Réunion publique à Labastide Saint-Pierre
Tag(s) : #enquête d'utilité publique

Partager cet article

Repost 0