Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Samedi le rail est sur la sellette avec l'EUP sur la LGV et ça ne fait pas la Une des journaux mais la veille la venue de Pepy donne lieu à d'importantes manifestations du plus grand intérêt. Mais nous le savons depuis longtemps, les acteurs du rail ne veulent jamais faire le lien entre les deux. C'est un peu triste car 10 milliards d'investissement pour le rail si on s'en tient au projet, quand il manque le minimum sur le réseau existant… qui est pourtant la priorité du gouvernement, ce n'est pas une paille !. Ah ! si les lignes existantes n'étaient pas la priorité où en serions-nous ? JPD

La Dépêche

Venu à Toulouse pour une réunion interne de management, le P.-D.G. de la SNCF, Guillaume Pepy a reçu, hier matin pendant une quarantaine de minutes, une délégation syndicale dans les locaux de la Direction régionale SNCF à Toulouse-Marengo.

À l'issue de cette entrevue, le P.-D.G. est allé à la rencontre des cheminots, retraités et usagers réunis devant le siège régional, à l'appel des syndicats CGT et Sud, et de divers comités d'usagers : usagers de la gare des Arènes et du Comminges réclamant la réouverture du point de vente de la seconde gare de la région (en fréquentation) et de la ligne Montréjeau-Luchon, suspendue.

Accueilli par des huées et slogans hostiles stigmatisant la «casse du service public», Guillaume Pepy a écouté, imperturbable, l'anaphore lancée par Philippe Verdeil, secrétaire du syndicat CGT, qui a commencé toutes ses phrases par la phrase : «Y en a marre».

Marre des fermetures de lignes, de guichets et points de vente, du non-entretien des voies entraînant de graves problèmes de sécurité, des retards des trains, de la baisse des effectifs («1 200 cheminots en moins en dix ans en Midi-Pyrénées», selon le syndicaliste CGT), des TER en attente d'entretien («35, lundi dernier»), de la remise en cause du déroulement de carrière, du développement du low-cost, des menaces sur la présence des contrôleurs dans les trains, des sanctions «arbitraires» contre les agents protestant contre la réforme ferroviaire, etc.

En réponse, Guillaume Pepy estimait «normal» de participer à «ce type de rassemblement», s'amusant même du chahut : «Vous avez une bien belle forme dès le matin». Le P.-D.G. annonçait la prise en compte du droit d'alerte lancé sur la sécurité la semaine dernière, qui dénote «une situation anormale», l'embauche nationale d'un millier d'agents en plus à l'Equipement en 2015 comme en 2014, l'étude en cours avec l'Etat et la Région de la réfection de Montréjeau-Luchon, en «état de délabrement».

Guillaume Pepy regrettait le contentieux de 10 M€ avec la Région mais saluait l'arrivée de 100 TER neufs («grâce à la Région»), les 300 M€ investis dans la réfection en cours de la Toulouse-Tarbes et le lancement de l'enquête publique sur la LGV Bordeaux-Toulouse. Un dialogue qui avait tout du dialogue de sourds.

Philippe Emery

 La LGV ce n'est pas le rail !
Tag(s) : #toulouse, #train

Partager cet article

Repost 0