Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cet article ne nous apprend rien mais il est là pour signaler qu'on parle du sujet. JPD

Hollande donne son feu vert à la LGV Poitiers-Limoges contre l'avis du Conseil d'Etat et de la Cour des Comptes.

14 JANVIER 2015 | PAR LEKTER

Hollande l'avait promis : sous sa mandature la république serait exemplaire. Lui président, plus de compromissions, plus de coups tordus, plus d'atteintes à l'équité. Nous en percevons le résultat direct et tangible maintenant : le samedi 10 janvier 2014 le décret de déclaration d'utilité publique de la LGV Poitiers-Limoges a été signé par Manuel Valls, Premier ministre, Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, Alain Vidalies, ministre des Transports.

Le décret a été signé en catimini un jour de deuil national.

Belle façon de faire passer un projet à voie unique, d'abord repoussé à 30 ans par la Commission Mobilité21 dite Commission Duron en juin 2013, puis dénoncé pour son manque de rentabilité par la Cour des Comptes en octobre 2014 et enfin refusé par la Conseil d'Etat en décembre dernier, d'après une fuite révélée par le média Mobilettre.

Derrière tout cela il faut voir bien entendu la main de l'Elysée. François Hollande a promis à ses amis du Limousin, particulièrement aux Corréziens, de leur apporter la Grande Vitesse, relayé en cela par Bernadette Chirac, élue de Corrèze comme on sait.

Depuis de nombreuses années les élus du Limousin ne cessent de faire du lobbying. Maire et député de Limoges, sénatrice de Haute-Vienne, présidents du Conseil général de Haute-Vienne et du Conseil régional du Limousin font le siège des décideurs et des financeurs. Bel exemple de clientélisme politique digne d'une république bananière ! Tandis que le président en apparence contrit mène le "bal des affreux" comme le dit plaisamment Médiapart, le décret est publié au Journal Officiel. L'hypocrisie est à son comble, le favoritisme à son apogée, la mépris des institutions républicaines à son sommet. Pendant ce temps-là les copains sont servis et les affaires continuent ! Scandaleux ! La SNCF peut bien mettre en garde contre tout nouveau projet de LGV, elle peut bien interpeller les décideurs sur la nécessité de remettre en état le réseau existant de façon urgente, notamment la ligne historique POLT, rien n'y fait. Chaque élu de ville moyenne veut son TGV ! Voilà la façon dont on dilapide les deniers publics, alors qu'on clame urbi et orbi que l'argent se fait rare, que les projets doivent être revus à la baisse. En attendant, le ministère de l'Ecologie et celui des Transports sont aux abonnés absents. Les journalistes de La Nouvelle République et de Centre Presse, agences de Poitiers, n'ont pu entrer en relation. Une attitude qui ne fait pas honneur au débat public d'autant plus que naguère Ségolène Royal, alors présidente de la région Poitou Charentes, s'était montrée farouchement hostile à ce projet (1). "Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà!" disait déjà Pascal.

(1) Note Jean-Paul Damaggio : en fait Ségolène est seulement contre le fait d'une prise en charge financière par les Régions. Sauf que sans prise en charge par les Régions, elle ne peut se faire !

Tag(s) : #limoges LGV rénovation lignes existantes

Partager cet article

Repost 0