Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Canard et Lyon-Turin

Nous reprenons cet utile article. JPD

 

« Le Canard enchaîné » - mercredi 4 février 2015 -5

Tais-toi et creuse !

EN 2013, interviewé au téléphone par le "Huffington Post" sur le TAV, projet de ligne à grande vitesse Lyon-Turin, qui nécessitera le creusement d'un tunnel géant de 57 km de longueur sous les Alpes, l'écrivain italien Erri De Luca, lu et traduit dans le monde entier, dit : "Je reste persuadé que ce projet est une entreprise inutile et je continue à penser qu'il est juste de la saboter." La société Lyon Turin Ferroviaire le poursuit aussitôt devant les tribunaux pour "incitation à la délinquance". Son procès s'est ouvert à Turin mercredi 28 janvier. La veille, ce même tribunal condamnait à de lourdes peines 47 activistes anti-TAV : pas moins de 150 années de prison en tout...

Erri De Luca vient de publier La parole contraire (1), un bref ouvrage sur cette affaire. Il dit : "Un écrivain possède une petite voix publique. Il peut s'en servir pour faire quelque chose de plus que la promotion de ses œuvres.» Il dit : "J'ai pris le parti d'une petite communauté en lutte compacte et intransigeante contre une oppression. Il dit : « Si j'avais employé le verbe "saboter" dans le sens de la dégradation matérielle, après l'avoir dit je serais allé le faire. » Et revendique l'emploi de ce mot au sens d'entraver et de faire obstruction ». Il informe le juge de ses intentions : "Si je suis déclaré coupable de mes paroles, je répéterai le même délit en criminel endurci et récidiviste." Il évoque brièvement les raisons de l'opposition franche, déterminée, radicale (bien plus qu'en France) des Italiens du Val de Suse à ce projet : entre autres, les doses quotidiennes de poussière d'amiante crachée par le percement d'essai géo­gnostique » et le fait que les montagnes à percer soient pleines de pechblende, un matériau radioactif.

Pour connaître les autres arguments des opposants, les mensonges sur les chiffres, la pression des grands lobbys, la gabegie financière (récemment dénoncée par la Cour des comptes), sans oublier l'implication de la mafia, il faut lire l'ouvrage de Daniel Ibanez (2), l'un des plus remuants opposants français à ce projet pharaonique et ruineux (qui devrait coûter plus de 26 milliards d'argent public, soit 20 fois l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes !). Un seul exemple : ses partisans vont répétant qu'il permettra de supprimer le passage de 1 million de camions entre les deux pays et, donc, la pollution dans les vallées des Alpes. Mais c'est faux! En effet, une ligne ferroviaire existe déjà entre Lyon et Turin, qui peut absorber la quasi-totalité du transport de marchandises entre la France et l'Italie. Or elle n'est utilisée aujourd'hui qu'à 17 % de ses capacités...

On comprend que les promoteurs de ce très grand projet très inutile aient discrètement lancé, le mois dernier, un appel d'offres : de 400 000 à 600 000 euros pour les communicants qui les aideront à bétonner leur campagne de propagande à destination des "leaders d'opinion" et des " journalistes de référence". Va y avoir du boulot ! Heureusement, une petite condamnation d'Erri De Luca pour démarrer cette campagne serait bienvenue...

Jean-Luc Porquet

(1) Gallimard, 48 p., 8 €.

(2) Trafics en tous genres », Tim Buctu Editions, 216 p., 12 €.

Tag(s) : #Lyon-Turin

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :