Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Effets sur Montauban de la LGV Tours-Bordeaux

Pendant combien d'années allons-nous avoir des élus qui tombent du ciel quand on parle de train ? Après les mensonges sur le Montauban-Paris en 2 h 40 voici qu'à présent la bagarre est engagée sur le nombre de trains à l'horizon 2017 donc avant mêle la LGV Bordeaux-Toulouse !

Les mensonges continuent de plus belle !

Grâce à l'action des opposants pendant l'EUP nous avons eu le nombre de trains officiels entre Toulouse et Paris. J'ai présenté le tableau au débat de Bressols.

A la gare de Montauban nous avons appris sur un document officiel, qu'il y avait 44 trains de voyageurs dont 12 TGV. Ce qui fait 32 intercités. Certains partant vers Bordeaux (18) et d'autres vers Limoges (14). Les deux sens sont compris.

Aujourd'hui Jean-Michel Baylet tout fier nous annonce qu'il se bat pour maintenir 10 TGV par jour alors que la SCF en propose seulement 6 ! L'accord va donc se faire sur 8 !

Jean-Michel Baylet est scandalisé sauf qu'il oublie la moitié du tableau : il n'y aura plus d'intercités vers Brive ! Donc logiquement il y aurait dû y avoir plus de TGV !

Mais Jean-Michel Baylet par rapport aux manifestants de Cahors a un avantage : il dénonce le vrai coupable, à savoir la LGV Tours-Bordeaux que le Grand Montauban et le Conseil général financent ! Pour une fois Brigitte Barèges et JMB sont dans le même bateau (ou le même train).

Et le problème n'est pas qu'à Montauban. Que se passe-t-il à Agen, Libourne, Angoulême, Tours ? Le vent de colère souffle depuis plusieurs semaines car comment expliquer qu'avec une nouvelle infrastructure il y ait diminution du service ?

Nous l'avons dit cent fois et plus : vu le coût de la LGV Bordeaux-Tours, les péages vont être énormes, donc le prix du billet aussi, donc la SNCF diminue le nombre de trains mais avec des trains plus longs comme elle diminue le nombre d'arrêts.

Jean Auroux a été appelé à l'aide pour jouer le médiateur or médiateur il ne peut y avoir car si le nombre de trains baisse trop, Vinci le constructeur de la LGV en charge de se payer avec les péages, ne va pas entrer dans ses fonds et se retourner contre l'Etat qui ne tient pas ses promesses.

Et pendant ce temps même Jean-Michel Baylet ne voit pas que le POLT est assassiné par le gouvernement que par ailleurs il soutient. Jean-Paul Damaggio

Article de La Dépêche

Transports - Tarn-et-Garonne - Ligne toulouse-bordeaux-paris

Une réunion avait lieu hier sur les propositions de dessertes des Trains à Grandes Vitesses (TGV) de l'axe Toulouse-Montauban-Bordeaux-Paris. Dont il ressort que l'impact de la mise en service du tronçon Tours-Bordeaux en 2017 dégraderait le service vers la capitale au départ de... Montauban. Ce qui a conduit immédiatement le président du conseil général Jean-Michel Baylet à écrire à Jean Auroux, ancien ministre et «facilitateur du projet SEA», pour défendre les intérêts du département en ces termes :

«Suite à la réunion de ce jour concernant les propositions de dessertes des trains à grandes vitesses de l'axe Toulouse-Montauban-Bordeaux-Paris, je tiens à vous faire part de mon profond désaccord avec le niveau d'offre projeté à l'horizon 2017, année de mise en service de la Ligne à Grande Vitesse Tours-Bordeaux.

En effet, le niveau de desserte TGV en direction de Paris que connaît aujourd'hui notre territoire s'élève à 5 allers-retours par jour. Au vu des éléments présentés ce matin, SNCF Réseau propose de réduire cette offre à 3 TGV allers-retours par jours.

«Des offres inconciliables avec les engagements souhaités»

Le Tarn-et-Garonne est considéré par l'INSEE comme le département métropolitain qui connaîtra la plus forte croissance démographique d'ici 2040 avec une augmentation de 40% de sa population. Cette dernière apparaît comme un réel vivier de fréquentation potentielle des services TGV. Dès l'horizon 2017, avec la mise en service de la LGV Tours-Bordeaux, nous pouvons considérer que la gare de Montauban Villebourbon qui se situera à 4h10 de Paris, confirmera sa situation de gare interdépartementale au service des tarn-et-garonnais mais aussi des tarnais, des lotois, des gersois ou encore des hauts-garonnais du fait des difficultés d'accès à la gare de Toulouse-Matabiau.

Je tiens à rappeler que cette évolution du temps de parcours est à l'origine même des sollicitations émises par l'État pour que les collectivités du sud-ouest cofinancent le projet de ligne nouvelle entre Tours et Bordeaux. Les perspectives d'offres proposées le 2 mars 2015 sont donc difficilement conciliables avec les engagements souhaités par le gouvernement afin que nous engagions nos financements sur la LGV Tours-Bordeaux.

Le Tarn-et-Garonne ne saurait en effet solliciter ses contribuables pour financer un projet qui, dès sa mise en service, conduirait à une dégradation de l'offre par rapport à la situation antérieure. De ce fait, il me paraît indispensable que SNCF Réseau s'engage dès à présent sur une desserte en gare de Montauban d'au moins 5 TGV par sens et par jour dès la mise en service de la LGV Bordeaux-Tours.»

Affaire à suivre...

La Dépêche du Midi

 

Tag(s) : #montauban, #LGV, #médias, #élections

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :