Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Figaro rend compte de la même conférence que le Monde (voir article précédent) mais en braquant surtout le projecteur sur Tours-Bordeaux. Une ligne non rentable reconnaît à présent tous les acteurs du rail. Alors que dire de l'hypothétique Bordeaux-Toulouse ? Une ligne nouvelle pour perdre de l'argent ! Car bien sûr dans cette perte n'entre pas en ligne de compte l'amortissement de la construction ! Oui la vitesse c'est cher et on se demande combien de temps il faudra encore pour que Malvy le comprenne. J-P Damaggio

Article du Figaro

Alors que la nouvelle ligne Sud Europe Atlantique a coûté très cher, sa rentabilité est loin d'être assurée.

L'ouverture de la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique (SEA), alias Tours-Bordeaux «va donner un coup de fouet à la grande vitesse», remarque justement Rachel Picard, la directrice général de Voyages SNCF qui comprend l'activité TGV de la SNCF. En 2017, Paris sera en effet relié à Bordeaux en 2h05 au lieu de 3 heures en 2007. Il ne faudra qu'une heure et demie pour aller de Bordeaux à Tours… Un avantage que la SNCF payera très cher. Même si un partenariat public privé a permis de réaliser le projet, la SNCF verra ses coûts de péages multipliés par deux ou trois.

Selon la directrice générale de Voyages SNCF, ni la hausse de trafic sur la ligne (+12%), ni l'augmentation de tarif ne permettront de payer les charges d'infrastructures. Cette nouvelle LGV se traduira par une perte de 100 à 200 millions par an pour la SNCF. «Nous perdrons indéfiniment de l'argent sur cette ligne», résume Rachel Picard.

Un risque financier significatif

En octobre dernier, la Cour des comptes épinglait la dérive financière à laquelle la construction de la ligne SEA allait conduire. Sur les 8,8 milliards d'euros estimés pour ce projet, Lisea, un groupement d'entreprises (Vinci Concession, CDC Infrastructures...), apporte 772,6 millions d'euros. Les collectivités apportent 45,54% du financement et RFF ajoute 1 milliard d'euros. Mais les hypothèses de trafic et de recettes sur cette ligne semblent dangereusement optimistes.

Au final, «RFF reste exposé à un risque financier significatif sur le projet SEA et la probabilité que ce projet contribue in fine à augmenter la dette de RFF est considérée comme élevée par la Cour», notait le rapport des magistrats.

Tag(s) : #lgv

Partager cet article

Repost 0