Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur France 3 grosse émission d'une heure sur Tours-Bordeaux.

On a d'abord un débat très "contradictoire" entre Alain Rousset et Dominique Bussereau d'accord sur tout. On a donc droit aux arguments fumeux : de 9 à 18 millions de voyageurs pour Bordeaux.

Les journalistes jouent les opposants :

Deux heures 05 et les villes intermédiaires ?

Et Alain Rousset audacieux : "Il faut tuer dans l'œuf l'idée que la LGV ne fait que traverser le territoire."

Cette fois c'est la SNCF qui est dans le collimateur. Elle veut utiliser la ville ligne. La SNCF a refusé de participer au débat. Mais la LGV bouste le réseau des TERs !

C'est vrai "il y aura un jour l'électrification vers Royan !..."

Le journaliste insiste : "Il y aura moins de trains ?"

"La négociation s'engage. Nous avons payé donc il faut des dessertes."

Puis nous avons droit aux confusions classiques aussi scandaleuses les unes que les autres :

"Développer le rail pour la transition écologique." Car il faut développer le fret dit Rousset… alors que le TOUT LGV démontre depuis vingt ans qu'il tue le fret !

Puis Alain Rousset en technicien : "Les trains ne se doublent pas ! Les plus lents ralentissent les autres !" N'importe quoi !

Ensuite Bordeaux-Toulouse avec le problème d'un château du bordelais et Jean-Robert Thomas, opposant bien connu, dont on retient de son propos la mise en cause de zones natura 2000.

La parole est aussi donnée à Gilles Savary, "le modèle économique s'effondre" opinion que Rousset renvoie d'un phrase : "c'est à cause de sa circonscription". Peut-être que sa circonscription lui a donné l'occasion de voir la question sous un autre angle, mais il a des arguments.

Les réticences de Pépy et de la Cour des Comptes, "1km de LGV c'est 30 millions d'euros" sont invoqués mais voilà l'Espagne est là à nos frontières…. Avec 25% de chômeurs, c'est le bon modèle ?

Pour Toulouse Bussereau relance le mythe du train à grande vitesse contre l'avion (j'y reviendrai).

Il reconnaît qu'il faut Bordeaux-Toulouse pour rentabiliser Tours-Bordeaux. Pour rentabiliser une ligne qui a du mal à vivre (Tours-Bordeaux) il faut en construire une autre qui va aggraver le déficit !

Quant à Limoges-Poitiers, vu la nouvelle région, c'est une chance pour l'aménagement du territoire.

Pour justifier la LGV Rousset donne même un exemple : "Les ingénieurs de la SNCF ont choisi Nantes à cause de la LGV !" Car il y a une LGV Paris-Nantes ? Pauvre Rousset !

Nouveau débat avec le président de LISEA, Marc Fressoz et un responsable CGT Cheminot de la Vienne qui tient un propos plus nuancé que bien de ses amis : "il serait incohérent d'être contre un investissement ans le rail mais c'est vrai la LGV s'est faite au détriment du réseau classique."

Relance du débat sur le manque de dessertes :"De 25 allers-retours on passe à une quinzaine à Poitiers". Débat sur le lieu de la nouvelle gare à Poitiers.

Liséa : "10 000 euros pour le péage d'un train Bordeaux-Paris". On a au mois une information.

La FNAUT pense que beaucoup d'espoirs naissent avec la LGV. Ils craignent pour les tarifs mais la concurrence arrivera à les faire baiser. La concurrence n'a pas fait baisser le prix des enterrements quand il a été décidé d'en finir avec le monopole des pompes funèbres.

Fressoz rappelle les arguments bien connus : A Paris il faut faire des économies / Dans les régions on veut tout.

LISEA répond en demandant de ne pas opposer LGV et TER.

Et enfin sur l'emploi : L'effet TGV à Strasbourg a entraîné peu de créations d'entreprises. Pas d'effets économiques. Pour Marseille l'effet a consisté en l'augmentation des loyers du centre-ville d'où furent expulsés les ultimes classes populaires..

Bordeaux nous fait rêver avec Euratlantique (terrains ferroviaires 740 hectares) où La Caisse d'Epargne se déplace.

Fressoz aura le mot de la fin : dans le contexte d'aujourd'hui les voyageurs regardent moins la vitesse que le prix donc le covoiturage et les bus vont prendre le dessus sur le train. J'ajoute qu'à vouloir concurrencer l'avion les promoteurs du rail oublient qu'il est d'abord un moyen de déplacement terrestre !

Je vais faire la même conclusion que pour l'EUP : le sujet est si vaste qu'à parler de tout on ne traite de rien, il faudrait spécialiser les questions et aller au bout du sujet.

- la LGV et l'emploi : ne pas effleurer le sujet mais le traiter à fond…

- Le rail est la vitesse : coût de la ligne, du fonctionnement, de la maintenance, ne pas effleurer le sujet mais le traiter à fond…

-etc.

Jean-Paul Damaggio

Tag(s) : #médias, #toulouse, #tours, #bordeaux

Partager cet article

Repost 0