Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Prix du billet sur le GPSO

 

 

Rappelons le principe du rapport des commissaires. Ils prennent en compte une question ; ils demandent la réponse à la SNCF et ils émettent une opinion. Ici voici la question du tarif du billet et du rapport à l'aérien. J-P Damaggio

 

 

T1Q4 Les tarifs qui seront pratiqués sur la LGV Toulouse-Paris seront-ils à même de concurrencer le tarif des navettes aériennes vers Orly et Roissy, dont on pressent le développement avec l’arrivée de nouveaux actionnaires à l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Les marges de manœuvre de la SNCF étant faibles en matière de tarifs, ne convient-il pas de réviser les prévisions de report modal de l’aérien vers le rail à l’horizon du projet ?

Réponse du maître d’ouvrage

Le développement envisagé pour l’aéroport de Toulouse dépend bien entendu des orientations stratégiques arrêtées par celui-ci et les compagnies qui le desservent, en lien avec ses partenaires et les services de l’Etat. Les annonces portent plutôt sur le renforcement d’autres destinations que sur Paris, y compris longs courriers, en tenant compte du projet de LGV.

Les études de benchmarking réalisées dans le cadre des études de trafic GPSO étudiant l’évolution de l’offre aérienne consécutivement à l’arrivée de la LGV à Marseille et Strasbourg, ont mis en évidence une réduction sensible des fréquences des navettes radiales (-30% environ) suite à l’arrivée de la grande vitesse, sans évolution sensible des prix. L’évolution du trafic prise en compte à Toulouse ressort également à -30% pour le trafic sur Paris ; les correspondances sur Roissy, concernant les longs courriers, restent de toute façon du domaine de l’aérien.

Appréciation de la commission sur le prix du transport pour l’usager

Dans le dossier d’enquête (pièce H/§ 4212/p 95, le maître d’ouvrage prévoit en situation de projet un surcoût qui sera appliqué aux prix ferroviaires : « Il est estimé par type de liaison en lien avec les améliorations de temps de parcours procurées par le projet. A titre d’exemple, cette évolution du prix est évaluée à 7€ par heure gagnée sur les relations radiales ». Cette hausse devrait donc se répercuter sur le prix du billet dans des proportions similaires. En outre, le maître d’ouvrage prévoit, hors inflation, une hausse annuelle des prix ferroviaires pour les TaGV de 1,2% (liaisons radiales) et 0,7% (liaisons inter-secteurs).

La commission d’enquête partage ici l’opinion du commissariat général à l’investissement (CGI) qui craint une perte d’attractivité face aux compagnies aériennes à bas-coûts et au covoiturage. Il s’agit certes d’une prévision des modalités d’exploitation susceptibles d’être corrigées au vu des circonstances, mais toute réduction des gains prévus aura des conséquences sur le bilan socio-économique.

La commission d’enquête estime que l’augmentation des péages contraindra les opérateurs à augmenter le prix du billet, renforçant l’inégalité entre les différents modes de transport à longue distance.

Tag(s) : #enquête d'utilité publique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :