Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bilan réunion avec Marziani

A l'initiative de la coordination transports Midi-Pyrénées nous étions sept (2 haute-Garonne, 1 Hautes-Pyrénées et 4 Tarn et Garonne) pour rencontrer Charles Marziani responsable des transports au Conseil régional. Voici un résumé qui accepte tous les commentaires. Jean-Paul Damaggio

 

Position de départ :

D'un côté le pouvoir qui pense que la LGV est un élément complémentaire du système ferroviaire.

De l'autre nous qui pensons que le "tout LGV" est le cancer du système ferroviaire.

 

Exercices pratiques au vu des nouveautés

1 ) Les financement de Tours-Bordeaux : la Région Midi Pyrénées comme le Conseil général a suspendu ses versements. Le protocole faisait qu'auparavant ils ne versaient que 40% au départ, proportion réduite à 30% du fait du report de la DUP Bordeaux-Toulouse. En conséquence le déficit de cette LGV doit se creuser…

 

2 ) Mise en route de la LGV Tours-Bordeaux en 2017. Quelles conséquences en Midi-Pyrénées?

Réponse : on garde le même nombre de TGV et le même nombre d'arrêts, sur Montauban comme sur Tarbes. Quand on fait observer que cet investissement c'est 8 arrêts au lieu de dix à Montauban il nous est précisé que Jean Auroux en était là mais qu'il a accepté, en réunion, de garder les 10 arrêts.

Jean Auroux est le médiateur nommé par la SNCF qui propose des solutions pour un an et ensuite on verra.

Bilan : au mieux nous en restons au même point en Midi-Pyrénées donc vu l'investissement…

Erreur pour Marziani car c'est oublier l'essentiel : le TGV direct mettra 4 h 12 et les TGV avec arrêts 4 h 16[1].

Donc il y a le gain de vitesse… qui induit l'augmentation des tarifs ce qui incite la SNCF à revoir à la baisse les projections de fréquentation… et donc le nombre de trains.

 

3 ) Le lien avec les intercités étudiés par le rapport Duron et donc le POLT.

Là aussi tout va bien. Le POLT ne s'arrêtera pas à Brive et les gares sont maintenues.

Avec un bémol : le nombre de trains ne sera pas fixé.

Contrairement à la page du rapport Duron rappelé par Brigitte et contrairement à des propos de Malvy en séance du Conseil régional, aucune inquiétude à avoir pour la gare de Caussade.

Marziani refuse catégoriquement toute argumentation mettant en concurrence LGV et POLT.

Or et c'était le but de la question précédente : la mise en place de la LGV Tours-Bordeaux nécessitant des trains, il faut éliminer le trafic par le POLT.

Peut-on en déduire qu'un train alibi sera conservé sur le POLT ?

 

4 ) Les dessertes étaient inacceptables et depuis ça s'est arrangé mais par contre une mesure du rapport Duron reste inacceptable : la suppression des TET sur Bayonne-Toulouse, une ligne où des investissements sont en cours. Le choix du bus est fortement contesté, Marziani n'étant pas opposé à ce que le TER qui va jusqu'à Pau, aille jusqu'à Bayonne mais à condition d'avoir les financements.

 

5 ) Les trains de nuit : l'Occitan serait maintenu mais en s'arrêtant à Toulouse sans branche jusqu'à Cerbère. Je n'ai pas compris pour le train de nuit Tarbes-Paris et Rodez-Paris. J'ai seulement noté que le Tarbes-Paris vu la construction de la LGV Tours-Bordeaux passait depuis par la POLT.

 

6 ) Satisfaction quant au renforcement annoncé de Bordeaux-Marseille mais sans information claire sur le nombre de trains.

 

7 ) Est-ce que tous ces problèmes du train du quotidien peuvent susciter une autre vision de la LGV d'autant qu'il y a eu l'opinion défavorable de la commission d'enquête ? Est-ce que les difficultés du Tours-Bordeaux peuvent modifier la réflexion sur Bordeaux-Toulouse ?

Marziani reste un chaud partisan de la LGV car il est opposé à l'austérité : "la France a les moyens de financer la LGV" et à la question : "si la France a les moyens pourquoi demander autant d’effort aux citoyens" "il suffit à l’Etat d’éponger la dette comme l’ont fait d’autres pays comme l’Allemagne"...Mais les finances de l’Etat c’est qui, les contributeurs ? ? ? Bref, en France il y a les moyens pour relancer le fret, construire une LGV et avoir quatre voies sur Saint-Jory-Matabiau. Donc rien de nouveau sous le soleil. Oui mais la LGV est-elle un besoin ? Si on ne discute pas de financement, Marziani veut bien discuter en terme de projet de société… et il pourrait sans doute prouver que la LGV est un besoin.

 

8 ) Mais le PPP ? Et donc la discussion retombe sur les finances ! Le PPP Tours-Bordeaux fait apparaître une contradiction du capitalisme : d'un côté LISEA qui veut le plus de trains possibles pour encaisser des bénéfices et de l'autre la SNCF qui veut calculer au mieux les futurs voyageurs (et donc le nombre de trains) pour éviter de payer des péages.

Mais pour Bordeaux-Toulouse ça n'est pas pareil, car c'est une ligne susceptible d'apporter beaucoup. D'où la référence au report modal. Mais avec Tours-Bordeaux (report modal plus favorable) la mise en service de la nouvelle LGV induit… une diminution du nombre de trains !

Bordeaux-Paris rassemble deux lignes : celle qui vient de Toulouse et celle qui vient de Bayonne donc comment Tours-Bordeaux pourrait être moins "rentable" que Bordeaux-Toulouse?

 

9 ) Mais plus encore que le NON au GPSO, Marziani a été outré par le NON à St-Jory-Matabiau. Il tient à affirmer qu'il est favorable aux quatre voies. Oui mais avoir voulu lier LGV et ce tronçon plus urgent, risque de faire tout échouer ! Il y a là un problème technique : l'EUP-GPSO étant sous responsabilité de l'Etat le temps légal pour signer la DUP est plus long que pour l'autre qui est sous responsabilité préfectorale. Marziani affirme que les mêmes mauvais arguments ont été employés (à prononcer le nom de Claraco c'est plutôt le mépris). Mais alors pourquoi sur l'EUP ST Médard-Bordeaux l'avis a-t-il été positif ? Il n'y a pas pour Bordeaux besoin de quatre voies ferrées alors en terme de TER il y a 31 trains de Montauban à St Jory et 37 pour Hourcade-Langon. Sur la gare de Lespinasse demandée fortement sur la commune Marziani pense que ce n'est pas l'urgence mais qu'il faut penser au futur et réserver les moyens.

 

10 ) Et la Traversée Centrale des Pyrénées ? Un projet mort pour Marziani mais des études se poursuivent payées en partie par le Conseil régional. Est-il possible d'avoir accès aux résultats ? Il faut demander au GIEC… Concernant l'état catastrophique du fret, Marziani pense que « le fret a été tué en 2005 par les autres» et ajoutons : qu'il est encore tué chaque matin. Une autoroute ferroviaire de Tarnos à Lille avait été décidé, avec EUP à m'appui, DUP signée et pour rien ? Tué, comment et pourquoi ? voilà aussi un grand débat.

 

11 ) On ne pouvait pas partir sans dire un mot de report modal avion/train à l'heure de la mise en concession de l'exploitation de l'aéroport de Toulouse-Blagnac. "Sans LGV il faudra relancer le projet de nouvel aéroport !" Encore une fois, des arguments qui datent comme si depuis 2005 le monde était le même, le chantage à l'aéroport ayant été au centre de 2005. Or, en 2005, les autorités ont expliqué que, sous peu, Blagnac serait saturé (comme la ligne existante saturée !), et il est vendu en 2015 pour y développer le trafic ! En refusant la LGV, nous ne souhaitons pas développer les nuisances autour de Blagnac, car ce n'est pas nous qui avons été favorable à la mise en concession !

 

12 ) Le but de cette rencontre c'était au contraire pour unifier les revendications citoyennes et non pour les opposer. Aussi nous aurions dû évoquer la rénovation du quartier Matabiau qui n'a pas à être liée à l'hypothétique LGV etc.

 

Position d'arrivée :

Malgré les annonces "rassurantes" nous continuons de penser que le "tout LGV" est le cancer du système ferroviaire.

De son côté le pouvoir présent pense toujours que la LGV est un élément complémentaire du système ferroviaire. Même si Marziani reconnaît qu'il n'y a rien du point de vue financement.

Quand une commission d'enquête dit OUI à un projet c'est un élément de la démocratie, mais quand elle dit NON, il faut changer le système de la commission d'enquête. Une commission travaille à la question, un rapport a été pondu mais c'est là encore un autre débat….

 

[1] Quatre minutes pour trois arrêts (Montauban, Agen, Bordeaux) c'est se foutre de la gueule du monde. Et rappelons qu'il n'y a pas d'arrêts entre Bordeaux et Paris, donc pour aller de Toulouse à Tours (ou autre gare intermédiaire) il faut un changement à Bordeaux donc un temps plus long.

Tag(s) : #action associations, #Alternative LGV 82, #toulouse, #LGV

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :