Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Ceux qui disent que le manque d'argent justifie le refus de la LGV seraient pour Charles Marziani (vice-président transport Midi-Pyrénées) des soutiens de l'austérité (ça signifierait accepter le système en l'état) et si lui, en tant que membre d'un exécutif socialiste, met en œuvre une politique d'austérité, on est en droit, une fois de plus, de se demande ce qu'est l'austérité.

Dans un premier article (car la question est récurrente) d'il y a deux ans j'avais évoqué la question et je n'ai rien à retirer à l'analyse d'alors : ICI.

On peut cependant la poursuivre avec le débat sur la Grèce où la question de l'austérité serait l'enjeu majeur.

Est-ce que l'austérité, c'est moins de salaires, moins de retraites, moins de service de santé, d'éducation etc… ?

D'où la "relance" par la consommation pour sortir de l'austérité car il y a eu (et il y aurait) un capitalisme possible sans austérité, comme il y a eu un capitalisme avec inflation et aujourd'hui un capitalisme sans inflation ?

En Mars 2013 je plaçais la contradiction entre sobriété et gaspillage et je confirme aujourd'hui.

Dans une société du gaspillage, le toujours plus, c'est toujours plus de gaspillages. Bien sûr "plus de salaires" ce n'est pas plus de gaspillage, car un salaire n'est jamais un gaspillage ni un coût !

"Les hommes ont toujours voulu aller plus vite donc la course à la vitesse est inévitable."

Sauf qu'au bout d'un moment un système devient contre-productif, il se retourne contre lui-même. Pour le dire en raccourci, la SNCF est devenu le premier transporteur routier de France !

D'où la contradiction sur notre affiche : la LGV est inutile et pourtant l'Etat veut dépenser 10 milliards ! Voilà la double folie que nous voulons arrêter. 

J-P Damaggio

Tag(s) : #finances, #train, #austérité
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :