Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LGV et Conseil départemental du 82

 

 

Aujourd'hui séance du Conseil départemental (CD)[1] et à un moment est venue sur la table la question des transports car l'institution est une AOT (Autorité organisatrice de transports). Il s'agissait d'évoquer une question qui tient à cœur à mon ami Jack : l'accessibilité. Pour le moment le CD ne s'occupe en matière de transports que du scolaire et sur ce point, la question a été contournée pour le moment : les 130 enfants ayant un handicap sont transportés par un système à part.

Là M. Deprince demande la parole et je crois qu'il va évoquer sa chère ligne de bus Beaumont de Lomagne-Montauban, mais il avait envie de s'occuper plutôt des promesses électorales de Christian Astruc… au sujet de la LGV.

Monsieur Deprince vante alors les mérites de l'employé en charge du dossier[2] et s'étonne qu'il n'ait pas eu à participer aux réunions de Bordeaux et Toulouse et que, dans la séance du CD, aucun rapport ne soit présenté sur l'état du dossier LGV, or des promesses ont été faites par M. Astruc. Et à Bordeaux il aurait été dit que si le CD ne finance pas, alors nous allons perdre la gare de Bressols ! M. Deprince a eu ce mot : "La LGV passera, il ne faut pas rêver !".

Monsieur Astruc a rappelé qu'il n'a jamais dit qu'il était contre la LGV mais contre le financement comme a fait la région Poitou-Charentes. Et si la LGV se fait bien sûr, il y aura la gare de Bressols !

Je note qu'il est sidérant d'entendre que, pour un projet à 10 milliards, "un projet structurant" (c'est le maître mot des grands élus d'aujourd'hui) on pourrait procéder par marchandage : "tu paies sinon tu n'auras pas la gare !"

La gare entre ou pas dans la logique d'un projet ferroviaire et ne peut pas être donnée au plus offrant !

Astruc précise : "Un audit a été demandé et à la suite de cet audit, le CD décidera ce qu'il souhaite faire avec les projets de sa compétence et les autres". D'ailleurs quelqu'un observera : "Les transports vont-ils rester compétence départementale ?". De toute façon la LGV ne l'est pas. Quant à la présence à Bordeaux, le TetG n'y a pas été invité !

 

Visiblement M. Deprince confond position pour ou contre la LGV, et financement ou pas, donc il note qu'Astruc a changé de position. Le président a beau répéter sa position, M. Deprince répète lui aussi qu'à présent M. Astruc est pour le financement.

Un échange va avoir lieu qui, comme les échanges précédents sur la fibre optique ou sur Sivens, est ouvert, et où on note quelques confusions surtout entre la LGV Tours-Bordeaux et la LGV Bordeaux-Toulouse.

Le Conseil général avait voté le financement de Tours-Bordeaux (ce fut sans doute la condition pour lancer l'enquête d'utilité publique) mais n'a jamais versé un centime. De son côté le Grand Montauban a payé tant que la droite était au pouvoir mais ne paie pas davantage. M. Deprince devrait poser les questions avec plus de précisions !

Donc M. Astruc n'a pas à se précipiter pour payer Tours-Bordeaux que PERSONNE en Midi-Pyrénées ne paie plus ! D'où les problèmes que Jean Auroux a dû affronter !

Quant à la réunion de Toulouse la présidente de la commission transports, Mme RIOLS, a précisé qu'elle y était présente mais, par sa question, M. Deprince a alimenté la confusion, car il ne s'agissait pas d'une réunion sur la LGV Bordeaux-Toulouse (comme à Bordeaux) mais sur les conséquences en matière de dessertes, de la mise en fonctionnement en 2017 de la LGV Bordeaux-Tours. Ce point aurait mérité un rapport en soi ! Vu ce qui nous a été raconté à Toulouse par Charles Marziani et son directeur des transports, la mise en route de la nouvelle LGV Bordeaux-Tours n'apporterait rien de nouveau pour la gare de Montauban : toujours 10 arrêts (5 dans un sens et 5 dans l'autre). Dans un premier temps la SNCF avait proposé 6 arrêts, puis elle aurait accepté 8, et ça serait 10. Mais en est-on sûr ? Mme Riols précise que le Tarn et le Lot, à la dite réunion sont allés dans le sens du Tarn-et-Garonne. On aurait aimé en savoir un peu plus et sur les conséquences aussi pour la gare de Caussade. Les médias ont été plutôt silencieux.

M. Becq qui était en grande forme a conclu en rassurant tout le monde : "Vu les milliers d'emplois attendus, le gouvernement ne peut qu'aller dans le sens de la construction de la LGV." M. Becq a déjà oublié la réunion que nous avions animé en sa présence à Labastide St-Pierre.

Un peu avant Mme Sardaing-Rodriguez s'était aussi distingué en évoquant "la LGV que trois commissaires se sont permis de mettre parterre". A suivre.

Jean-Paul Damaggio

 

[1] Cette fois J-M Baylet n'avait pas rameuté la presse donc il y avait trois journaux et dans le public j'étais seul pour la séance de l'après-midi.

[2] Il était parmi les administratifs et quand la question a été posée il a été aux côtés du président pour éventuellement l'aider à répondre.

Tag(s) : #élections, #Alternative LGV 82, #montauban

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :