Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une lettre sur les transports toulousains

Ce 23 juin nous avons remis la lettre suivante avec les signatures à Charles Marziani vice-président à la région Midi-Pyrénées. Nous communiquerons prochainement les résultats de cette rencontre. J-P Damaggio

P.S 1. Si d'autres veulent s'ajouter à la liste des signataires nous sommes prêts à l'indiquer.

P.S. 2 sur la photo la délégation à laquelle il faut ajouter le photographe.

Lettre aux élus de Midi-Pyrénées,

au premier ministre,et à tous le décideurs en matière de transport.

Notre région connaît des évolutions en matière de transports qui nous paraissent très éloignées de l'intérêt public.

1 - Les éléments nouveaux :

Les avis défavorables des deux Enquêtes d'Utilité Publique, celle pour Matabiau - Saint Jory comme celle pour la LGV. Le non au GPSO n'est pas contre le rail mais pour d'autres priorités en matière de ferroviaire.

Le rapport Duron sur les trains d'équilibre du territoire (TET) considère que le critère de la mobilité c'est le prix (et non plus la vitesse), il propose donc de remplacer le TET, Toulouse-Hendaye… par le bus. Il prétend défendre la ligne POLT (Toulouse-Paris par Limoges) sans refuser clairement la LGV GPSO (il élimine la gare de Caussade pour les TET).

La loi Macron et l'ouverture des lignes de bus. Voir l'application ci-dessus.

La mise en concession de l'exploitation de l'aéroport de Toulouse-Blagnac. Les mêmes autorités veulent renflouer de 300 millions d'euros environ les caisses de l’État, et sont prêtes à débourser plus de 8 milliards pour la LGV-GPSO.

La réforme territoriale et la fusion de Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon doit aussi changer des priorités. Les compagnies de bus s'y préparent plus que la SNCF.

La réforme de la SNCF qui n'est pas de nature, avec la création de GIE (Groupe d'Intérêt Économique), à replacer l'intérêt public au cœur des préoccupations de l'entreprise.

2 - Nos analyses :

L'aérien va poursuivre sa croissance (particulièrement sur Paris-Toulouse) et le projet de LGV Bordeaux-Toulouse ne pourra pas être le concurrent adéquat pour la ville.

Le transport par bus moins rapide que le train et moins sûr, va exploser car peu cher mais beaucoup plus polluant. Là aussi le projet de LGV n'est pas le concurrent sérieux du bus ! Ce transport par bus sera un coup de pouce au "tout routier" qui n'est pas une solution durable tout en renforçant les projets d'autoroute tels que Toulouse-Castres.

Le besoin confirmé de la desserte du territoire régional (TER, Inter Cités et en particulier Toulouse-Montpellier).

Le déficit structurel des LGV hormis PLM (creusement de la dette publique au profit des PPP). Le cas de la mise en route de la LGV Tours-Bordeaux est exemplaire : la SNCF annonce un déficit de 150 à 200 millions par an au bénéfice de Vinci.

3 - Conclusion, des choix à faire dans les investissements :

Observons simplement les faits : depuis les années 2000 l'Europe a investi 360 milliards d'€ (Les Echos juin 2014) dans les infrastructures de transports. Dans le même temps le chômage en Europe est passé de 8 à 26 millions de chômeurs. Preuve, s'il le fallait, que ces investissements ne peuvent suffire à résoudre la crise de l'emploi qui frappe l'Europe, mais au contraire l'aggravent par les déficits publics qu'ils génèrent et les délocalisations industrielles qu'ils favorisent.

L'abandon des Grands Projets Inutiles (LGV, TCP) permettrait de réorienter les investissements vers la priorité au renouvellement du ferroviaire existant. Le gouvernement en parle mais ne le fait pas. Le rapport Duron préconise de porter à 200km/h les lignes qu'il conserve, comme il préconise l'indispensable renouvellement du matériel roulant, mais reste flou quant aux délais. Il dénonce par exemple la LGV Limoges-Poitiers alors que le gouvernement le 11 janvier en a signé la DUP.

Nous souhaitons plus de rail, moins de route ce qui ne passe ni par le "tout LGV" ni par le "tout routier".

Nous souhaitons que les décisions qui vont se prendre dans les prochains jours tiennent compte des points que nous venons de soulever.

Cette lettre mise au point en réunion de la Coordination transports le 6 juin 2015 à Toulouse a le soutien de :

Actival (65)

EPICE (65)

NPA 65

ATTAC 65

Les Amis de la Terre (31)

Coordination Transports Midi-Pyrénées (31)

Bruno Lecomte association STRES de Saint Rustice (31)

Patrick Puech Alternative LGV Midi-Pyrénées (82

Pierre Ortavent - association Non LGV Lacourt St Pierre (82)

Antoine Bongiardino association sauvegarde de Saint Cirice (82)

Jacques Canet association sauvegarde de Castelmayaran (82)

Marie-France Durand association sauvegarde d'Angeville (82)

Charles Rouby association Non LGV Campsas (82)

Michel Matayron opposant LGV sur Montauban (82)

Maurice Souleil Président de l’association des Usagers du Centre Hospitalier de Montauban (82

Jean-Paul Damaggio responsable du blog Les Grandes Vanités (82)

Benoît Escobar, responsable de PUMAC (82)

Tous Ensemble pour les Gares, Caussade (82)

Parti de Gauche 82

NPA 82

Christian Delzers président « CASTEL-MOISSAC A GAUCHE », (82)

Guilhem Serieys Conseiller régional Midi-Pyrénées (12)

Jean Fauché, responsable d'associations (81)

Les élus Verts à la région n'ont pas signé formellement mais ont apporté leur soutien indirect par un vœu proposé au vote du CR le 22 juin (voir message précédent).

Tag(s) : #Alternative LGV 82, #toulouse
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :