Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La réunion d'Angeville

(désolé, c’est un peu long et incomplet ; mais j’ai du mal à laisser une réu sans compte-rendu... et les murs sans affiche....).

Le vrai calendrier de la suite du feuilleton :

  • Conformité des PLU avec le projet voté par les élus
  • Présentation enfin d’un plan de financement
  • Position du Conseil d’Etat
  • Signature ou pas de la DUP.

Trois moments qui vont encore mettre en avant la LGV.

Et pour le dire simplement : les expropriations c’est pas pour demain même si quelques personnes (moins de dix en TetG) ont accepté des ventes d’urgence.

Dans les conseils municipaux ou intercommunalités on peut inciter à faire voter contre.

Le Conseil d’Etat a déjà pris position contre la LGV Limoges-Poitiers alors que la DUP avait été favorable avec des réserves.

Le plan de financement confirmera le scandale lui-même en pointant les sommes énormes.

De toute façon on va puiser dans nos poches et que ce soit l’Etat seul qui paie ou avec les collectivités ça revient au même. Dire « La LGV seulement si l’Etat paie » relève de l’hypocrisie. Dans le même temps les élus clientélistes des collectivités qui manifestent contre les baisses de dotation, sont pris au piège pour expliquer une dépense LGV qui n’est pas de leur compétence. Quand le président de l’intercommunalité Castel-Moissac indique à une grande assemblée défendant l’hôpital : « On aurait 8 milliards pour une LGV et pas 200 millions pour notre hôpital ? » ce n’est pas une position anti-LGV mais par la question du financement, il va dans notre sens. Si c’était nous qui le disions on serait moins entendu par une assemblée de personnes peu au fait de la LGV. Un point à éclaircir sur la clause de compétence générale des nouvelles institutions.

Des arguments nouveaux ?

S’il y a des arguments qui sont connus à présent, je maintiens qu’il en est d’autres qui méritent qu’on les fasse connaître dont les trois suivants (ils sont explicités sur le blog) :

-La mise en fonctionnement de Bordeaux-Tours permet de vérifier concrètement ce que nous disons sur le projet GPSO.

-La vente par l’Etat de ses parts de l’aéroport de Blagnac prouve que l’intention ne peut pas être d’en construite un autre faute de LGV.

-La transformation de Toulouse en capitale du Grand Sud tourne la ville plus vers Montpellier que vers Bordeaux.

Oui mais quelle action ?

La réunion était une action d’autant que l’épisode précédent a démontré qu’informer c’est aussi agir et gagner. Nous aurions dû faire la fête en avril 2015 suite à la victoire du NON qui reste une victoire qu'on ne doit pas se faire voler, quoi qu'il arrive ensuite. Cette victoire nous l'avons reçu sans l’expliquer.

Et le bulletin de vote ?

Il a été rappelé, et la question de la LGV le démontre, qu’une machinerie fait que, de la majorité ou de l’opposition, les élus en arrivent à se plier à une « machinerie » les conduisant aux mêmes décisions. Donc une élection devient une péripétie.

En même temps toute élection conduit aux actes inévitables du quotidien (qu’on vote ou qu’on s’abstienne) donc pour les prochaines régionales, rappelons la position LGV des forces en présence :

Liste Viallon (FN) : 100% LGV

Liste Deville (Droite) : 100% LGV

Liste Pinel (PS-PRG) : 100% LGV

Liste Regourg (FdeG-EELV) : en TetG la liste est conduite par un apparenté PCF donc la LGV risque d’être au second plan, mais globalement le tête de liste Onesta s’est clairement montré opposé à la LGV d’autant que depuis 2011 les Verts au Conseil régional ont toujours pris clairement position contre le financement de la LGV. Dans ce groupe il y a : Serieys (PG) qui est devenu opposant à la LGV à la fin de l’EUP, et depuis, nouveauté, M-P Vieu (PCF) et Myriam Martin (Ensemble) qui ont signé aussi un texte contre la LGV.

La liste Rose Cambon en lien avec Philippe Saurel (arrivera-t-elle au bout ?) qui se montre réceptive à nos arguments, d’autant que Saurel en maire de Montpellier ne peut pas avoir un grand amour pour le GPSO.

Et sans doute d’autres listes seront présentes.

J’aime d’autant plus le sens de la nuance que les évolutions positives sont l’effet de nos actions. J’ai écrit dans un livre, la position 2010 d’Onesta exposée à Grisolles et totalement ridicule. Puis ensuite il y a le second tour…. En 2010 les Verts Aquitaine avaient exigé des études pour faire union avec Rousset, puis ils ont dû s’incliner.

La taxe foncière

En matière d’actions il y a les petites et les grandes.

J’ai été présent à Toulouse à Alternatiba, un grand rassemblement d’alternatives (nous étions présents à la version Tarn-et-Garonne à Léribosc), mais des participants moins soucieux du débat sur la LGV que sur la dizaine d’autres. J’ai eu le plaisir d’écouter Geneviève Azam expliquant qu’appeler à « sauver la terre » conduisait plus au découragement qu’à l’action, et qu’il valait mieux définir des objectifs plus précis d’où le mouvement alternatiba. Inviter les riverains à se pencher sur leurs taxes foncières entre dans ce cas. Avec la complexité qui va avec.

1 ) Comment faire établir un principe général ? Toute propriété dévalorisée par le projet devrait bénéficier d’une baisse vu sa perte de valeur. Un exemple est donné : une grange vendue à 50% de sa valeur.

2 ) Comment passer à la mise en application pratique ? Là les cas de figure se multiplient : à Bressols la gare induira une hausse de l’immobilier, celui qui doit être exproprié doit faire évaluer au mieux son bien, donc il ne peut en même temps, demander une baisse de la taxe, etc.

Le deuxième point est du domine individuel mais le premier du domaine collectif. Comment concrètement le prendre en charge pour étudier vers qui doit porter la pression : les mairies ou/et les services des impôts ? Pour déterminer la dite taxe il y aurait 47 critères donc il est facile d’en ajouter un.

Les médias :

Dans ce nouvel épisode on a découvert des médias plus attentifs à nos arguments :

France 3 est venu à Angeville, a interrogé trois personnes et fait un reportage équilibré.

France 2 a donné la parole aux opposants quelques instants.

La Dépêche a fait deux pages reprenant en gros titre « Qui va payer ? » et donnant la parole aux opposants.

RMC a fait l’effort de nous contacter pour une émission équilibrée sur une heure.

Un article du Monde faisant le point sur la SNCF.

« A fait l’effort ? » Souvent on reproche aux médias de nous oublier mais que fait-on pour les alerter ? RMC par exemple a cherché un grand moment un contact et a fini par trouver Pierrette T. qui a renvoyé vers moi. Pour France 3, ils m’ont appelé, j’ai renvoyé sur Daniel qui a renvoyé sur Pierre. Les grands médias peuvent se reporter sur les blogs mais faites l’expérience avec google en demandant « Non au GPSO » et vous verrez...

Reporterre, un site écolo a interrogé Patrick.

Même s’il y a calcul de La Dépêche je préfère pointer au positif son évolution…

Mais bon j’ai déjà été trop long,… preuve de l’intérêt de la réunion ? Sur la cinquantaine de personnes il y avait une quinzaine d’Angeville et les 35 habituels de nos assos (ça c'est pour les renseignements généraux). Comment alerter les populations ? Cinquante personnes c’est presque autant qu’à Toulouse où la réu était organisée par SIX associations dont trois toulousaines. Jean-Paul Damaggio

Tag(s) : #action associations

Partager cet article

Repost 0