Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un peu plus de 60 personnes se sont rassemblées à Auvillar pour faire le point sur la question de la LGV. Patrick Puech et Claude Semin se sont chargés, chacun à sa façon, de faire un état des lieux.

Si des membres de l'association Alternative LV étaient présents, pour l'essentiel il s'agissait d'habitants du secteur.

Dans la discussion quelques éléments ont été rapportés par divers connaisseurs du sujet :

- comment s'appuyer sur le nouveau découpage régional pour infirmer le besoin d'une LGV Toulouse-Bordeaux ?

- reconnaître que les régions ont fait un gros travail pour le train du quotidien, un travail qui ne va pas pouvoir se poursuivre.

- le double langage du gouvernement actuel qui après Brétigny pointe comme essentiel la rénovation des lignes existantes mais qui continue de se préparer à léguer au gouvernement suivant, quatre dossiers de LGV.

- l'évolution des élus locaux qui commencent à réagir.

Mais pourquoi cette folie de LGV malgré tous les avis défavorables ?

Cl Semin témoigne d'une réunion à Nérac où Alain Rousset, faute d'arguments a manié l'invective.

Il a été donc été question un peu des régionales. Pour ceux qui se détermineront par rapport à la question LGV, il appartiendra de lire avec attention les professions de foi.

Si Louis Aliot, Caroline Delga (avec Sylvia Pinel), Dominique Reynié (avec Thierry Deville) s'affichent depuis longtemps pour la LGV, du côté des listes plus "petites" il existe des nuances à prendre compte.

Un mot pour conclure sur l'émission Pièces à conviction que je n'ai pas évoquée sur le blog. J'en ai retenu une confidence du maire PS de Chambéry qui a expliqué comment il a réussi à relancer ce projet que Raffarin voulait abandonner.

Il a rédigé un rapport reprenant des phrases de Chirac sur le sujet, qu'il a communiqué au président, qui se sentant sans nul doute flatté, a demandé de relancer le projet !

Bien sûr, Raffarin plus soucieux de défendre sa propre grande œuvre, (Le futuropole) et donc l'idée de la LGV Tours-Bordeaux, n'était pas contre le Lyon-Turin par principe, mais pour mieux servir sa propre région.

On voit ainsi à quoi tient un tel projet et c'est ce qui me fait dire de plus en plus qu'il arrive à certains d'être emportés par leur propre vanité. Il existe derrière des intérêts financiers qui savent manipuler cette vanité mais sans elle (et Georges Frèche en a apporté la preuve lui qui plaça la sienne ailleurs que dans la grande vitesse) rien n'est possible. Ni Malvy, ni Rousset ne sont en quête d'enrichissement personnel mais la gloire d'une réalisation sur laquelle ils ont été trompés, c'est énorme. D'autant que c'est pour le bien commun….

Les prochaines dates ? Suivre l'évolution du Conseil général du Tarn et Garonne.

Continuer d'informer. Préparer des recours. EtC ?

Jean-Paul Damaggio

 

Tag(s) : #action associations, #Alternative LGV 82
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :