Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Conseil régional et aménagements du Nord Toulouse

Le GPSO a été coupé en tranche pour faire mieux avaler la pilule. Qui par exemple sait que le total officiel c'est dix milliards ? Pour la tranche Nord-Toulouse (AFNT) nous attendons la décision du préfet de Haute-Garonne qui va devoir signer ou pas une DUP, alors que l'Enquête d'utilité publique a été défavorable. Non pas défavorable à l'aménagement en question mais défavorable à la façon dont il a été proposé.

Dans leur rapport les commissaires de l'EUP ont donné la position du Conseil régional exprimée par Charles Marziani. Il se trouve que depuis, le Conseil régional nouveau est arrivé, et peut-être que les nouveaux élus devraient dire s'ils valident toujours la position telle qu'elle fut affirmée alors. Il y a des éléments justes mais la philosophie de base est totalement erronée à savoir mettre les aménagements à la remorque de la LGV. J-P Damaggio

 

Rapport des commissaires enquêteurs pour le Nord Toulouse

Réunion avec Charles Marziani pour le Conseil régional

Cette réunion a fait ressortir les principaux points suivants :

- le CONSEIL REGIONAL est très favorable au projet d’arrivée de la LGV à TOULOUSE qui est la condition incontournable (passage à 4 voies) pour réaliser le projet AFNT ;

- L’arrivée de la LGV s’inscrit dans une vision de désenclavement de TOULOUSE et de sa région dans un objectif à plus long terme de constituer une véritable interconnexion vers le nord, via BORDEAUX, vers le sud-est de la France MONTPELIER, MARSEILLE… et vers l’ESPAGNE, notamment BARCELONE (les études menées par le CONSEIL REGIONAL sur le prolongement vers NARBONNE sont très avancées).

- Le principal objectif de la LGV est de rééquilibrer les parts modales du fer et de l’avion, ce qui éviterait la création très problématique d’un deuxième aéroport à TOULOUSE ;

- aujourd’hui les cadres et décideurs régionaux qui prennent le train ne peuvent pas avoir une journée complète de réunion ou de rendez-vous à PARIS en faisant l’aller retour dans la même journée. Avec la LGV ce sera possible comme avec l’avion ;

- les entreprises régionales sont favorables à la LGV qui permettrait davantage à leurs cadres de pouvoir travailler pendant leurs déplacements principalement vers PARIS ;

- l’accès à la gare MATABIAU sera plus facile que l’accès à l’aéroport aux heures de pointes du matin notamment ;

- la LGV rapprocherait non seulement TOULOUSE de PARIS mais aussi toutes les autres villes de la région (ALBI, CASTRES, RODEZ…) ;

- le trafic voyageurs par train s’est fortement développé au niveau régional depuis 2002 : de 5 millions à plus de 12 millions en 2013) ;

- sans cet accroissement, qui résulte du fort développement de l’offre voulue par le CONSEIL REGIONAL, il est pratiquement certain que la circulation routière à TOULOUSE aurait été gravement saturée ;

- le projet AFNT a pour premier objectif de « désaturer » les lignes actuelles et notamment la desserte vers MONTAUBAN (transport régional). Il permettra une refonte complète de l’offre de TER vers les villes de la région. Secondairement, il permettra la mise en place d’un train cadencé entre CASTELNAU D’ESTRETEFONDS et TOULOUSE (transport périurbain) qui ne peut être qualifié de RER du fait de la combinaison de trains qui assureront ce cadencement (TER + trains spécifiques) ;

- le CONSEIL REGIONAL est favorable à la création d’une halte ferroviaire à LESPINASSE dès la mise en service du projet AFNT, solution qui n’est pas retenue dans le projet de RFF soumis à enquête publique qui indique seulement que cette halte pourra être étudiée ultérieurement.

- il estime que pour ne pas pénaliser les temps de trajet qui résulteraient de la création de cette halte (3 minutes supplémentaires qui impacteraient négativement le trafic voyageur), il lui semble nécessaire de compenser une halte supplémentaire à LESPINASSE par la suppression de celle prévue à LALANDE L’EGLISE, dont l’utilité immédiate lui semble discutable en raison de la faible population résidant dans son périmètre d’attractivité , du faible potentiel de développement du secteur à plus long terme et de sa proximité de celle de ROUTE DE LAUNAGUET (environ 1000 mètres).

- il regrette que le choix des haltes n’ait pas été suffisamment coordonné avec TOULOUSE METROPOLE dans le cadre d’un vrai projet urbain ;

- il regrette également que le positionnement de la station de métro LA VACHE ait été retenu à l’époque à une distance trop éloignée de la voie de chemin de fer ce qui se révèle pénalisant pour l’interconnexion mise en place (plus de 300 mètres entre la halte ferroviaire et la station de métro) ;

- le CONSEIL REGIONAL estime qu’il faudra agrandir les parkings des haltes pour permettre un rabattement efficace vers le train et assurer ainsi la réussite du projet ;

- le matériel roulant ALSTOM qui permettra l’accroissement de l’offre est déjà en cours de commande (35 rames dont 10 à deux étages) et la commande de 16 autres est programmée (dont 8 à deux étages). Le budget de ces 51 rames nouvelles est de l’ordre de 400 millions d’euros ;

- le CONSEIL REGIONAL a négocié, dans le cadre de l’arrivée de la LGV, que la totalité du matériel roulant régional soit entretenu à TOULOUSE ce qui n’est pas le cas actuellement (envoi de trains à BORDEAUX, NIMES…). Un centre est en cours de construction à cet effet qui sera générateur d’emplois pour la région.

Tag(s) : #toulouse, #train, #saint jory

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :