Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Humanité, par son correspondant, évoque la campagne Nouveau Monde conduite par Onesta, dans la région et voici la partie sur la LGV et rail :

 

"Cette future région est si étendue, si hétérogène, qu’il n’est pas évident d’élaborer un schéma régional qui irrigue finement le territoire. D’autant que Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon n’ont pas appliqué jusqu’ici la même politique ferroviaire.

« Nous voulons des gares connectées au train du quotidien »

Ce vaste ensemble est, de plus, délaissé par les liaisons nationales. Toulouse, quatrième ville de France, n’est pas desservie par une ligne à grande vitesse (LGV) et ne le sera pas avant 2024. Le modèle économique de cette infrastructure fera l’objet, on peut le prévoir, d’un vif débat entre les partisans d’un financement public et ceux qui veulent faire appel au privé. En outre, la future grande région est dans le collimateur du rapport Duron, un rapport mis en sommeil jusqu’aux élections régionales. Le député Duron (PS) préconise de supprimer les liaisons ferroviaires Toulouse-Hendaye, Toulouse-Cerbère, Béziers-Millau-Neussargues, ainsi que le train de nuit Paris-Tarbes, la Palombe bleue. Quant à la liaison Nantes-Toulouse, elle s’arrêterait à Bordeaux. Un véritable isolement ferroviaire de Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon.

« Nous sommes LA liste du rail, s’enthousiasme Gérard Onesta, chef de file de « Nouveau Monde », devant la presse régionale. La liste qui pense que le rail, ce n’est pas les XIXe et XXe siècles, c’est le XXIe siècle. Nous voulons des gares connectées au train du quotidien. Parce que l’intermodalité, c’est ça : descendre de son TGV pour monter dans son TER. » À l’inverse, le candidat de la droite, Dominique Reynié, affiche sa préférence pour les transports routiers : « Le train ne pourra jamais aller partout, seule la voiture le peut. » De son côté, Carole Delga, tête de liste PS-PRG-MRC, propose un programme minimaliste dans le domaine des transports : son plan de mise en accessibilité des gares… est déjà à l’œuvre en Midi-Pyrénées ; elle veut « soutenir la LGV » mais ne dit pas grand-chose sur son financement. Sa proposition la plus innovante consiste à instaurer un ticket unique pour les transports régionaux mais, pour « Nouveau Monde », il est indispensable d’aller plus loin, de créer un titre unique qui combine transports ferroviaires et urbains, à l’instar du passe Navigo en Île-de-France."

 

Le lecteur notera que pour cette liste, il n'y a qu'un problème : financement public ou privé pour un projet jugé inévitable ! Qu'en pense Gérard Onesta et ses amis EELV ? J'avais cru qu'il était contre la LGV ! Or nous avons là la position classique du PCF présentée comme si c'était celle de la liste ! Quant au financement, pour Tours-Bordeaux les élus communistes ont accepté le PPP, le principe ayant été inauguré par le ministre communiste Gayssot pour le pont de Millau ! Or si les lignes du quotidien disparaissent, c'est comme pour le fret, un effet induit de la LGV ! Nous l'avons démontré cent fois, les commissaires de l'EUP ont confirmé, mais qu'importe !

Jean-Paul Damaggio

Tag(s) : #élections, #onesta, #PCF

Partager cet article

Repost 0