Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Toulouse-Montpellier

La Dépêche nous informe cette fois sur le sort du train Toulouse-Montpellier par quelques propos peu clairs.

1 ) Qu'il faille améliorer Toulouse-Montpellier est une bonne chose mais pour analyser la situation les informations données sont faussées.

2 ) On constate la comparaison faussée Bordeaux-Paris et Toulouse-Montpellier car d'un côté on évoque les seuls trains directs Bordeaux-Paris (2 h ) et de l'autre des trains avec arrêts et correspondances ! Et nous sommes pour des trains qui s'arrêtent ! Avec la LGV Tours-Bordeaux, Toulouse-Tours est plus long que Toulouse-Paris car il y a inévitablement changement à Bordeaux pour aller à Tours !

3 ) Réalisation prioritaire d'un tronçon Toulouse-Narbonne (TGV) ? Le journaliste a sans doute voulu écrire LGV à la place de TGV car pour le moment la liaison TGV existe entre Toulouse et Narbonne en particulier pour un train allant à Barcelone ! Pour mémoire rappelons que la liaison Toulouse-Montpellier est à présent une liaison REGIONALE. Si on veut raisonner grande ligne il faut raisonner Bordeaux-Vintimille ou au minimum Bordeaux-Marseille. 

4 ) Donc la seule vrai question est celle de l'augmentation du nombre de trains. Régionaux ou nationaux ? Passer de onze à seize ? On pourrait le faire ? Surtout si la Région met la main au portefeuille !

5 ) Discuter seulement en terme de métropole fausse la réflexion sur le rail. Avec un train inter-cité de qualité sur Bordeaux-Vintimille (qui autrefois pouvait se faire sans changement) on peut aller d'Agen à Nîmes de Montauban à Béziers. Avec le système LGV on met en avant des tronçons avec ensuite des correspondances pour réduire les arrêts. Le tronçon Tours-Paris ; Bordeaux-Paris, Toulouse-Paris. Si le tronçon de LGV Montpellier-Perpignan est dans l'impasse c'est parce qu'il faut penser à une gare à Béziers, une à Narbonne donc par des tels arrêts la LGV est inutile car le temps gagné dérisoire.

6 ) Conclusion : une fois de plus on assiste à des effets de communication (la LGV Toulouse-Narbonne est considérée comme ridicule par tous les experts) plus qu'à la volonté de penser un système de transport cohérent, de qualité, à la portée de toutes les bourses. J-P Damaggio

 

La Dépêche

Le premier accord-cadre de partenariat entre les deux métropoles régionales, Montpellier Méditerranée et Toulouse Métropole, sera signé par les deux présidents, aujourd'hui à 10 heures à Toulouse et demain après-midi à Montpellier. Outre une coopération renforcée des deux collectivités en matière de tourisme et d'attractivité internationale, cet accord comprend notamment un volet important sur les transports. «Les deux métropoles considèrent comme absolument prioritaire la réalisation d'un tronçon (TGV) Toulouse-Narbonne (et) en attendant, elles plaident pour l'amélioration de la qualité, en durée comme en cadencement, de la liaison ferroviaire actuelle Montpellier-Toulouse» peut-on lire dans cet accord. «Le barreau ferroviaire Toulouse-Montpellier ne peut attendre», soulignait François Chollet, ambassadeur de Toulouse Métropole auprès de Montpellier Méditerranée, mardi soir devant les membres du Codev réunis en assemblée générale.

Mardi, Carole Delga, présidente de la grande région, reçue par Guillaume Pepy, patron de la SNCF, lui rappelait «la nécessité d'accorder les moyens qui répondront aux demandes de la Région». Actuellement, il n'existe que onze trains par jour reliant Toulouse et Montpellier en un temps variant de 2 h 05 à 2 h 35 (la plupart avec changement à Narbonne), alors qu'il ne faudra que 2 heures pour relier Bordeaux à Paris en 2017, avec 16 TGV quotidiens. Jacques Rascol, directeur régional SNCF-Mobilités, a estimé récemment : «On pourrait arriver à treize trains Montpellier-Toulouse».

Philippe Emery

Tag(s) : #toulouse, #montpellier

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :