Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je viens de publier un livre sur la GUIMA qui a le chapitre ci-dessous sur le rail. Le livre est à 10 euros aux Editions La Brochure 124 Rte de Lavit 82210 Angeville. J-P D

Pour le train

Le bras hydraulique entraînait des liens avec le secteur des déchets et parmi eux certains usaient du rail, donc la question est venue de satisfaire une besoin de transfert du conteneur d’un camion à un wagon.

Un Gersois de l’Isle Jourdain ayant eu une idée très intelligente en la matière s’adressa à la GUIMA, qui, en achetant la proposition, trouva le moyen de la rendre réalisable pour déposer un brevet qui semblait prometteur.

En Allemagne Kuka avait le sien. Du côté de la Suisse très ferroviaire un appareil tournant existait également.

Finalement la GUIMA apporte sa pierre à l’édifice dans l’enthousiasme général. Mais pour ça, il fallait travailler avec la SNCF qui n’a jamais montré un grand enthousiasme pour de tels projets. A titre d’exemple donné par André, quand un ouvrier a été envoyé à Paris pour leur faire une démonstration, le rendez-vous étant pour le lundi, il pensait que le mardi tout serait réglé, mais de report en report, l’ouvrier a été bloqué une semaine dans la capitale ! De son côté Guy se souvient que pour avoir le prix des transports de marchandises lié au transborde-ment, il fallait attendre et encore s’ils daignaient le donner !

Le transrail a été mis en place à Marseille pour les déchets et le ciment qui pouvait ainsi être ainsi transvasé du train vers le camion ou inversement.

L’invention, par sa facilité d’usage, sa fiabilité, son efficacité aurait dû avoir un avenir aussi prometteur que le bras hydraulique.

Mais, développer un tel système aurait supposé une mobilisation du secteur fret de la SNCF, entreprise qui, depuis longtemps, contre toute attente, a décidé de jouer la carte de la route, en devenant le premier transport routier en France ! Ensuite on s’étonne du nombre de camions sur nos routes !

On a là un exemple concret des méfaits d’une entreprise ayant un monopole tel, qu’elle peut faire la pluie et surtout ici le mauvais temps sur une invention toute à son avantage car par sa souplesse d’usage elle pouvait s’adapter à la naissance du flux tendu en économie qui a modifié le rapport au rail, le camion étant plus efficace pour les petites distributions. La SNCF aurait dû aussitôt créer une complémentarité rail-route pour vivre avec son temps, or elle a préféré se moquer longtemps des camions, jusqu’au jour où ses difficultés l’ont conduit à privilégier… le camion au moment où avec l’invention du TGV, elle a décidé de privilégier le transport des voyageurs !

 

Tag(s) : #fret

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :