Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trains de nuit

Le gouvernement veut porter un coup fatal aux trains de nuit et ce n'est pas nous qui en sommes surpris. Nous avons maintes fois évoqué la question et nous constatons avec tristesse que le rapport Duron sur les TET est plus facilement mis en œuvre que le rapport Duron sur la grande vitesse. Donc Carole Delga dit son mécontentement avec un argument ridicule :

"La nouvelle Région que je préside est aujourd'hui le parent pauvre de la grande vitesse, en attendant le Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO) et la Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan (LNMP). Cela justifie, plus encore, le maintien des dessertes de nuit alors que, faut-il le rappeler, c'est l'essence même des TET de pallier ces déséquilibres territoriaux."

Mais depuis vingt ans la Grande Vitesse est l'arme de destruction massive du train de nuit suivant cet argument entendu souvent au guichet de la gare : "La SNCF n'est pas un hôtel" donc en proposant le billet TGV on vous propose la réservation d'une chambre d'hôtel. Comment cette destruction ? Comme pour le fret et les intercités ! On laisse se dégrader le service et ensuite on l'assassine ! Qui veut tuer son chien l'accuse de la rage. Inversement dans d'autres pays le train de nuit a été adapté aux temps présents et ça marche.

Prenons le Paris-Cerbère : quand on est de Perpignan on passe par Lyon pour aller à Paris depuis la LGV Paris-Lyon, tout comme de Toulouse on est incité à passer par Bordeaux depuis la LGV Paris-Tours. Donc le Paris-Cerbère est devenu la POLT et risque d'être encore plus tronçonné. Jean-Paul Damaggio

 

Toulouse, le 19 février 2016

 

 

Communiqué de presse

 

Carole Delga : « sur les trains de nuit, l'Etat doit revoir sa copie »

Le Secrétaire d'Etat chargé des transports, Alain Vidalies, a annoncé ce jour le désengagement de l'Etat sur la majorité des Trains d'équilibre du territoire (TET) circulant la nuit et le lancement d'un appel à manifestation d'intérêt.

« Si je me satisfais de voir les lignes Paris-Rodez et Paris-Toulouse-Latour-de-Carol maintenues, je ne peux accepter l'abandon par l'Etat des lignes Paris-Toulouse-Cerbère et Paris-Toulouse-Tarbes-Hendaye qui constitue un coup porté à la desserte de la Région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées » a déclaré Carole Delga, présidente de Région.

« Je considère en effet que ces lignes ont une véritable utilité sociale. Leur devenir concerne la mobilité et la vie de nos concitoyens habitant dans ces territoires.

Ces annonces sont contraires à la mission de concertation sur l'avenir des TET qu'a confiée le ministre Alain Vidalies au préfet François Philizot que je rencontrerai le 2 mars prochain à Paris.

La nouvelle Région que je préside est aujourd'hui le parent pauvre de la grande vitesse, en attendant le Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO) et la Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan (LNMP).

Cela justifie, plus encore, le maintien des dessertes de nuit alors que, faut-il le rappeler, c'est l'essence même des TET de pallier ces déséquilibres territoriaux.

Dans un esprit de responsabilité, j'ai proposé des solutions alternatives au secrétariat d'Etat chargé des Transports pour maintenir dans le giron public les lignes Paris-Toulouse-Cerbère et Paris-Toulouse-Tarbes-Hendaye tout en garantissant des optimisations sur les coûts d'exploitation.

Je demande aujourd'hui au gouvernement que ces solutions soient réellement et rapidement réétudiées.

Pour moi, le service public ferroviaire doit garantir à chacun de pouvoir mieux vivre et se déplacer sur l'ensemble du territoire.

C'est mon ambition pour notre Région et, comme je l'ai déjà exprimé à plusieurs reprises, c'est une des priorités de mon mandat. »

Tag(s) : #train de nuit

Partager cet article

Repost 0