Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une grande concertation commence pour Matabiau. J'avoue ne pas comprendre ce que signifie "concertation réglementaire" par rapport à "enquête d'utilité publique".

Si je comprends bien, la dite concertation met face à face les porteurs du projet et les personnes qui veulent répondre. Dans l'enquête d'utilité publique les commissaires font office d'intermédiaires entre les deux "camps", et apportent ensuite un jugement.

La dite concertation se résume à :"cause toujours, nous on décide".

C'est aussi vrai en partie avec l'EUP mais en partie seulement, à partir du moment où il y a un rapport puis un arrêté auquel on peut opposer un recours.

Pour un tel projet, une seule réunion publique à 18 h 30 en sachant qu'à 21 h les participants n'aspirent qu'à rentrer chez eux ! Combien de temps de parole pour les porteurs du projet et combien pour la salle ?

Pour le moment l'article ci-dessous de La Dépêche fait miroiter des merveilles sans avancer l'ombre d'une estimation de la dépense.

Et les documents sont chargés en photos plus qu'en données concrètes avec une séparation entre la question des transports (reportée à plus tard) et le plan guide alors que la question des transports est dite à l'origine du projet !

Une fois de plus, il ne s'agit pas de prôner l'immobilisme mais d'articuler le souhaitable à la lumière d'études de marché (pour le nombre de bureaux nécessaires par exemple) et le possible. Jean-Paul Damaggio

Article de La Dépêche

Les trois choses à savoir du projet Matabiau alors que la grande concertation démarre

À partir du mardi 29 mars 2016 débute la phase de concertation règlementaire du projet urbain Toulouse Euro Sud Ouest (TESO). Une concertation qui va s’étirer jusqu’au 28 juin 2016. Pendant trois mois, le dossier de concertation et le registre recueillant les avis et observations seront mis à disposition du public au siège de Toulouse Métropole, au Capitole, dans les mairies annexes de Bonnefoy, des Minimes et de la Roseraie et sur le site internet dédié www.toulouse-eurosudouest.eu.

Le moment fort de la concertation sera la réunion publique qui sera organisée le jeudi 12 mai à 18 h 30 aux Espaces Vanel de l’arche Marengo, en présence de l’ensemble des acteurs du projet.

Avant ceci, pour bien comprendre l’ensemble des enjeux, nous vous rappelons les trois choses à savoir de ce grand projet du centre-ville de Toulouse.

Le projet TESO, un projet pour les 15 prochaines années

Avec ce projet Toulouse Euro Sud Ouest, il n’est pas question d’un rafistolage mais d’un projet urbain qui va dessiner le centre et le nord-est de Toulouse pour les cinquante ou soixante prochaines années. Et d’un projet dont le chantier va s’étirer au minimum jusqu’en 2030. Présenté il y a quelques jours à Cannes lors du marché international annuel des professionnels de l’immobilier le projet va se développer sur 135 ha, environ 300 000 m2 de bureaux, environ 2000 logements et 50 000 m2 de commerces.

En 2030, la gare Matabiau deviendra le pôle central du futur quartier d’affaires voulu par le maire Jean-Luc Moudenc et surtout un pôle d’Echanges Multimodal croisant les offres des trains régionaux et des TGV et permettant de répondre à la hausse des flux de passagers liée à l’arrivée du TGV mais aussi à l’extension des quais de la ligne A du métro et à la création de la 3e ligne de métro.

Un projet pour améliorer le lien de la gare avec le centre-ville

C’est le cheval de bataille de Joan Busquets déjà chargé de mener le chantier de l’hyper-centre : il faut désenclaver Matabiau et plus généralement le quartier Marengo afin de faciliter les échanges avec le centre-ville. Le Plan Guide qui va être publié avant l’été 2016, suite à la concertation publique des trois prochains mois, va définir ces liens entre les différents secteurs qui entourent la gare, ceci afin d’assurer une cohérence entre eux. À partir de quatre grands parvis rénovés ou créés autour de la gare Matabiau, ce sont autant de nouvelles liaisons qui vont être travaillées.

Par ordre chronologique, c’est le chantier de la rue Bayard, déjà commencé, puis la réorganisation du parvis historique qui vont occuper les esprits. La rue Bayard sera livrée à l’été 2017. Les premiers aménagements du parvis devant la gare seront quant à eux achevés en 2018 selon un calendrier prévisionnel qui prévoit un phasage des opérations.

Il permettra, quel que soit le projet retenu, un franchissement plus aisé du canal du midi pour les piétons. En parallèle, tout un travail va être fait pour réduire la circulation sur le boulevard devant la gare. De manière globale, c’est tous les accès à la gare (voiture, bus, vélos…) qui vont être remis à plat.

Une remise à plat d’autant plus indispensable que le projet TESO prévoit la création d’un parvis du côté de Marengo. Tourné vers les allées Jean-Jaurès, il deviendra la deuxième entrée de la gare et un espace facilement accessible depuis les futures ramblas et le nouveau parking de Jean-Jaurès.

Les parvis Périole et Nord seront aussi chargés de créer des liens avec les quartiers environnants. Le rapport entre Marengo, le quartier de la Colonne, avec l’avenue de Lyon et le quartier Bonnefoy sont des enjeux majeurs pour désenclaver la gare et briser la séparation que constitue aujourd’hui Matabiau avec les quartiers faubourgs plus au nord. Pour ce faire, Joan Busquets imagine le réaménagement de rues, de places, voire la création de rues.

La gare Matabiau va changer pour accueillir l’arrivée du TGV (si les financements de la ligne à grande vitesse suivent…) en 2024. On parle ici de la création d’un nouveau bâtiment voyageurs, de nouvelles voies et nouveaux quais pour les trains. Elle devra être nécessairement plus pratique pour accueillir une grande hausse du public.

Outre la gare, c’est l’ensemble du quartier ferroviaire Raynal qui va être bouleversé avec trois projets : l’Établissement régional de la maintenance qui permettra l’entretien des TER, l’Îlot ferroviaire qui permettra de relocaliser l’ensemble des installations ferroviaires tertiaires présentes sur le site et un espace mixte composé de bureaux, commerces et logements sur l’actuelle halle Sernam.

Outre ses projets, comparé au projet porté par l’ancien maire Pierre Cohen sous l’ancienne mandature (2008-2014), c’est bien le projet de la 3e ligne de métro qui modifie la réflexion sur le projet TESO. La présence de trois nouvelles stations dans un périmètre proche change en effet forcément la donne. Elle doit permettre de désenclaver encore plus la gare et le centre-ville. Joan Busquets imagine multiplier les parcs-relais et renforcer l’offre de transports en commun.

La création de certains parkings et l’amélioration d’autres autour de Matabiau n’occultant pas les dessertes automobiles. L’idée d’un grand parking multimodal au niveau de Raynal fait son chemin… Il pourrait proposer plus d’un millier de places selon les premières hypothèses avancées en 2015. Pour mieux lier la gare au métro, le projet prévoit une rénovation du couloir souterrain vers Marengo et la création d’une passerelle aérienne. Et un vaste réaménagement de l’espace public dans le triangle, Bonnefoy, Matabiau, Marengo.

Tag(s) : #toulouse, #matabiau

Partager cet article

Repost 0