Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compte-rendu correct de la réunion de Castelsarrasin. J-P D.

La Dépêche et la réunion de Castelsarrasin

La LGV en question

Une grande consultation citoyenne pour réaliser une expertise du rail. C'est l'initiative impulsée par la Région sous forme de 36 réunions publiques ouvertes aux usagers. Ce mardi soir, c'était àCastelsarrasin, au lycée Jean de Prades. Environ 70 personnes ont fait le déplacement. Et la séance a été animée. Les membres de l'association alternative LGV Midi-Pyrénées, représentés en nombre, ont occupé une bonne partie du débat. «Le boulet de la SNCF c'est le tout LGV, un projet qui coûte cher, aux frais du contribuable or la très grande vitesse n'est pas nécessaire au développement économique d'une région», s'est énervé Jean-Paul Damaggio, responsable de l'association. Leur cheval de bataille : le projet de ligne à grande vitesse entre Toulouse et Bordeaux. Leurs craintes : la disparition des petites gares et des intercités. «Les campagnes vont voir passer le train comme les vaches, mais ne pourront pas y monter dedans», s'est indigné Patrick Puech, membre de l'association. «Quel intérêt de gagner un quart d'heure et pourquoi vouloir aller toujours plus vite ?», faisait remarquer une usagère. «Il n'y aura aucun désert en termes de mobilité et nos propositions ne favorisent pas les déplacements vers les métropoles plus que vers les zones rurales. Nous sommes convaincus que l'intercité est indispensable», a assuré Jean-Luc Gibelin, vice-président de la Région en charge des transports.

Une mort annoncée des petites gares ?

Il a aussi rappelé que la région Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon était la plus excentrée, que la desserte des LGV y était très faible. Et de rassurer les usagers des gares rurales menacées par la disparition du personnel : «La présence humaine est nécessaire, nous sommes en train de négocier ce point avec la SCNF». Autres inquiétudes des voyageurs : la suppression des trains de nuit et le devenir de la ligne POLT (Paris Orléans Limoge Toulouse). Ce à quoi Jean-Luc Gibelin a répondu qu'un courrier de Carole Delga avait été adressé au ministre des transports pour lui demander de maintenir les trains de nuit sur la ligne POLT. Pas sûr que cela suffise à rassurer les usagers.

Ils sont invités à remplir un questionnaire sur le rail et l'intermodalité version papier ou en ligne avant le 9 juillet. La restitution des résultats aura lieu à la rentrée et fera l'objet d'un traitement statistique assuré par TNS Sofres.

Manon Adoue

Tag(s) : #etats généraux

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :