Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après la réunion de Castelsarrasin peut-on dire : rebelote ? Pas tout à fait car cette fois à la demande de "comités de lignes" il n'a pas été répondu : "c'est à la SNCF de les organiser". M. Bérard contrairement à M. Gibelin absent a reconnu le bien fondé de la question.

Ceci étant sur la nature du questionnaire il a fallu enfoncer le clou. Une fois de plus M. Bérard a répété qu'il ne faut pas opposer TER, TET, LGV. Sauf que dès la question 2 du questionnaire on demande de choisir les priorités entre divers aspect du TER. Priorité à la ponctualité sur la propreté ? Car la région ne peut pas tout faire… mais n'opposez pas TER et LGV !

Les questions sont sans lien avec le réel : combien de personnes concernées par le TGV sur LGV ? combien coûtent tel ou tel investissement ? Pourquoi ne pas demander s'il faut remplacer les passages à niveau par des franchissements de ligne ?

On invite les citoyens à répondre à des questions sans mettre en face les données concrètes et sans différencier ce qui est du ressort de la Région et ce n'est pas de son ressort !

Sur le financement de la LGV (qui n'est pas le seul point) la question a été posée de diverses manières mais sans réponse. Brigitte demande : quels textes vous autorisent à ce financement ? Pierre : L'abandon de la clause de compétence générale n'existe plus ? Moi-même : la seule question en lien avec la politique de la région était la suivante sur la LGV : La Région doit-elle financer ou non la LGV ?

Un responsable de la CGT a insisté pour que la Région ne se lance pas dans la récupération des intercités qui ne sont pas de sa compétence mais le financement de la LGV n'est pas davantage de sa compétence et là pas de réponse simple : "la région ne doit pas financer la LGV".

Ceci étant nous étions dans cette réunion pour écouter autant que pour parler. Par exemple : 11 intercités passent à Montauban sans s'y arrêter, c'est un scandale. Très bien mais pourquoi ces intercités ne s'arrêtent pas ? Et que dire ensuite des TGV sur LGV qui s'arrêtent moins ? Car certains ne sont pas à une contradiction prêt : "la gare à Montauban ça aurait été mieux". Mais on ne peut pas vouloir la LGV et donc la vitesse et en même temps des gares en centre ville qui font facilement perdre 15 minutes d'autant que les gares LGVs sont faites pour que les trains qui ne font que passer, aient à ralentir le moins possible !

Bref, TER en retard, difficile trajet Caussade-Castelsarrasin (il faut à présent changer à Montauban), tarif trop cher, manque de bus, d'inter modalité etc. Il y a tant à faire pour améliorer le train du quotidien dont la maire de Verdun sur Garonne fait remarquer que c'est un point crucial pour les chercheurs d'emplois qui manquent toujours de mobilité. J'ai déjà entendu les observations sur le transport à la demande, sur le manque de bus.

Mais impossible de faire entendre ce que pourtant le Conseil régional a fait : transvaser des financements du TER vers la LGV ! Mme Salomon conteste cette vérité car comme pour toutes les questions évoquées le débat se base sur du vide !

En conséquence quand j'entends un cheminot dire que la ligne existante est saturée je ne peux que m'insurger car le cheminot est bien placé pour me dire : Combien de trains circulent et combien peuvent circuler ? C'est devant le Conseil général du Lot et Garonne il y a des années déjà que pour la première fois RFF a reconnu que la question de la saturation n'était pas liée à la construction de la LGV. Pendant l'EUP on a pu avoir les chiffres officiels de la SNCF pour 2O14 : au total 96 trains en comptant les 21 trains de fret. Il pourrait y en avoir 160 ! Tout comme un monsieur qui prenait un exemple personnel fantaisiste pour justifier un investissement de 10 milliards, on nous fait débattre non sur la réalité globale mais sur des exceptions.

Quant au plus beau, "la LGV pour s'ouvrir sur l'Europe" observation d'un responsable CCI qui ne sait pas qu'il y a peu on pouvait aller de Bordeaux à Vintimille sans changer de train donc sans correspondance ce qui n'existe plus comme pour aller de Bordeaux à Lyon où il faut passer par Paris ! Le système LGV est une folie et à écouter ceux qui le défendent on a de quoi pleurer.

Un monsieur a jugé bon, à juste titre, de faire un peu d'histoire et on a inversé son propos car comme tout le débat l'a démontré : nous avons des champions capables de changer le fer en or (ça s'appelle "l'ambition" !).

Donc la réponse a été la suivante : comme toujours il y a eu, les rapides, les express, les omnibus et aujourd'hui ont dit TGV sur LGV, Intercités, TER. Sauf que le TGV sur LGV fait disparaître… les intercités. Donc on a d'un côté la grande vitesse au tarif si cher (mais ne vous inquiétez pas, l'Etat peut payer l'infrastructure, et son fonctionnement pour rendre le billet gratuit) et le train du pauvre.

La métropolisation du monde n'est pas un simple développement des villes, une histoire qui se répète. Il s'agit d'un déménagement du territoire où on crée des ghettos : là zone dortoir, là zone tourisme, là zone à retraités, là zone travail, là zone du centre etc.… Tout le monde sait que cette folie crée des problèmes graves dans des tas de cas (et en matière de transport pazr exemple) aussi dès qu'ils le peuvent beaucoup de citoyens préfèrent échapper à cette situation. En France avec le centralisme de Paris on en sait un bout sur le sujet mais au lieu d'en tirer les conséquences on multiplie les Paris un peu partout avec les féodaux qui vont avec !

Et enfin dernier point : quand on entend que nous serions contre les terres agricoles volées par la LGV mais insensibles sur ce point quand des autoroutes font de même, c'est une insulte ! Combien de fois avons-nous dénoncé l'autoroute Langon-Pau qui procède du même système que le tout LGV, celui des Grandes Vanités. Bon il est temps que je prenne des vacances !

J-P Damaggio

Tag(s) : #Alternative LGV 82, #action associations, #etats généraux

Partager cet article

Repost 0