Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Gare LGV Nîmes-Manduel

En ce moment il y a la construction de la ligne nouvelle Nîmes Montpellier qui devrait ouvrir en 2017. Sur cette ligne deux gares excentrées sont prévues avec pour Nîmes Manduel. Pour Montpellier le chantier est lancé. Toutes la question est de savoir si la Région apporte encore plus de financement. Et avec quelles contreparties ? Cet échange d'arguments pourrait tout aussi bien concerner Bordeaux-Toulouse. La Région veut-elle financer la gare de Bressols ? A suivre avec le point de vue du PCF à Nîmes ville de M. Gibelin responsable régional des transports. J-P Damaggio

 

Infos 24 h

Le secrétaire d’Etat en charge des Transports au gouvernement, Alain Vidalies vient de sommer le préfet du Gard, Didier Lauga « de pousser le dossier de la future gare TGV de Manduel », à cheval sur cette commune et sur celle de Redessan, à l’est de Nîmes.

Dans un courrier envoyé au préfet fin avril, Alain Vidalies lui demande de faire activer l’état du dossier et « de régler le problème avant l’été ». Le gouvernement de Manuel Valls ne veut pas que la construction de cette gare sur la LGV Manduel-Perpignan ait du retard. Sans Manduel, celle qui doit être implantée sur le site de la Mogère, à Lattes, au sud de Montpellier ne serait qu’une gare fantôme. En clair : la gare TGV de Manduel ne doit pas être le chaînon manquant.

L’avancée du chantier du Contournement ferroviaire de Nîmes-Montpellier devrait booster la réalisation rapide de la gare TGV de Manduel. Or, le calendrier semble prendre du retard, ce qu’Alain Vidalies voit d’un mauvais oeil.

Le secrétaire d’Etat aux Transports vient donc de demander au préfet du Gard de lancer l’enquête publique sur la construction de la gare TGV de Manduel dans la foulée du dépôt de la procédure par SNCF-Réseau, le maître d’œuvre.

Etats généraux du Rail

Ce coup de gueule d’Alain Vidalies intervient alors que se déroulent les Etats généraux du Rail à l’initiative de la région Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées (LRMP). Sans remettre en question pour l’heure la signature des conventions de 2012 concernant la gare TGV de Manduel, la présidente, la socialiste Carole Delga, ne cesse de s’interroger sur la carte future de la desserte ferroviaire, ce qui visiblement agace fortement au gouvernement qui ne veut plus tergiverser.

Et la lettre d’Alain Vidalies au préfet du Gard, lors des Etats généraux du Rail constitue un cinglant rappel à l’ordre et un désaveu pour Carole Delga et les élus du Nouveau Monde, du PC, d’EELV et certains du PS de la région LRMP, visiblement rangés dans le camp des opposants au projet. Des opposants qui sont recadrés et sommés de stopper leurs actions par Paris. Venant du gouvernement socialiste, il est évident que cela est perçu comme un malaise.

Bref, Alain Vidalies somme le préfet du Gard de faire aboutir au plus vite la construction de la nouvelle gare TGV à Manduel. Didier Lauga n’a pas intérêt de faire dérailler le projet.

 

Réponse de Carole Delga sur le Midi Libre

La présidente Carole Delga répète que l'intervention du ministre des transports ne modifie pas son calendrier.

Interpellée par plusieurs élus communistes nîmois à la suite des propos du préfet Didier Lauga dans nos colonnes et la confirmation que pour le ministre des transports Alain Vidalies, la réalisation de la gare TGV de Manduel était une affaire "tranchée", la Région met quelques points sur les “i”.

"Il faut que chacun comprenne que la Région n'est pas maître d'ouvrage dans cette gare, c'est SNCF Réseaux qui a son propre calendrier." Au cabinet de la présidente Carole Delga, on rappelle la méthode initiée par le conseil régional : "Le budget transports fait partie des trois plus importants de la Région, on a décidé pendant un mois et demi de se poser et d'écouter les gens, c'est le but des états généraux du rail. Après cette phase de contacts, on prendra nos décisions à l'automne et d'ici là, nous refusons les pressions d'où qu'elles viennent."

Yvan Lachaud invité à défendre le projet de gare

Ainsi, concernant plus précisément la question de la gare de Manduel, la Région tranche : "On écoute ce qui se dit lors des états généraux, on va aussi rencontrer les porteurs de projets comme le président de Nîmes métropole Yvan Lachaud. Nul doute qu'il va défendre son projet de gare. Notre souci est de veiller à la meilleure utilisation possible de l'argent public. Nous attendons donc de connaître ce qu'il y a dans le projet d'aménagement urbain autour de cette gare, sa connexion au centre de Nîmes. Il faut qu'on nous montre qu'elle est utile, c'est quand même 100 M€ d'argent public.

"Mais ce n'est pas tout. La Région estime aussi que le compte avec la SNCF n'est pas bon. Elle attend notamment de connaître ses intentions d'investissements concernant les TER et le fret : "Si nous avons participé au financement du contournement à grande vitesse Nîmes-Montpellier alors que nous n'y étions pas obligés, c'est que des engagements avaient été pris par la SNCF sur la réouverture de la rive droite du Rhône, l'augmentation du nombre de trains du quotidien et le développement du fret. On a écrit au patron de la SNCF en mars car nous estimons que la SNCF ne respecte pas ses engagements." La région dit attendre des réponses "claires" de la SNCF. Des réponses qui pèseront dans la balance pour son financement des gares nouvelles.

Tag(s) : #médias, #Nîmes

Partager cet article

Repost 0