Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voici un article rare du Midi Libre 23 février 2015 qui dit clairement ce qui se passe dans bien des endroits et qui est masqué. Je suis sûr qu'un an après il conserve son actualité. J-P Damaggio

 

"Anne-Marie Skora, présidente de l'Association des usagers de la SNCF du Gard et des départements limitrophes, relève des améliorations sur la ligne Alès - Nîmes mais reste critique.

Deux ans après l'ouverture du viaduc ferroviaire de Courbessac qui devait réduire les temps de trajet en train entre Nîmes et Alès, quel bilan dressez-vous ?

Je constate que les trajets sont beaucoup plus rapides qu'avant. Avec ce viaduc, c'est même phénoménal. Je ne mets plus que vingt minutes entre Nîmes et Saint-Geniès-de-Malgoirès. Nous comptons 17 trains chaque jour entre Alès et Nîmes (plus de 1 800 voyageurs par jour, NDLR) avec un passage toutes les trente minutes. C'est en revanche plus long que ce qui avait été annoncé.

Est-ce préjudiciable ?

Sur cette ligne, il manque surtout des arrêts à Fons-Saint-Mamert et Nozières très mal desservi notamment le matin et à la mi-journée. Il faudrait plus d'arrêts le soir aussi. Les usagers sont parfois obligés de s'organiser pour prendre le train à ces gares-là. Ce n'est pas à eux de s'adapter. Il faut que la SNCF se dise qu'en multipliant les arrêts, elle gagnerait en nombre d'usagers.

Quel constat dressez-vous aussi sur les trains du matin entre Alès-Nîmes ?

Les trains au départ d'Alès à 6 h 56 et à 7 h 57 sont surchargés. Quand je vois ce petit train que l'on surnomme “courgette” dans lequel les gens s'entassent à 7 h 57 au départ d'Alès avec arrivée à Nîmes à 8 h 37, je me dis qu'il y a une mauvaise gestion du matériel. La Région, qui achète du matériel et décide des arrêts, et la SNCF se renvoient la balle. Le train est parfois tellement bondé que des passagers ne peuvent pas y monter dedans. Nous ne sommes quand même pas dans le métro en région parisienne ! Il faudrait rénover du matériel ancien pour le faire rouler, comme l'a fait la Bretagne avec succès.

Au nord du Gard, votre association monte au créneau face à la disparition programmée de services et de la ligne Alès - Bessèges. Que préconisez-vous ?

Nous avons des comités de ligne qui doivent être réunis par la Région. La nouvelle déléguée aux transports Mme Meunier-Polge a promis de remettre au goût du jour le comité de ligne Alès - Bessèges d'ici juillet. Il y a urgence car plus aucun train ne circule sur cette ligne depuis presque trois ans, ni de bus. Beaucoup de salariés doivent prendre leur voiture pour aller travailler. Du coup, les parkings à Alès sont surchargés et ça revient cher. Il faut à tout prix éviter que cette ligne soit déclassée et démontée.

Quel regard votre association porte-elle sur la ligne Nîmes - Montpellier ?

C'est une ligne plus impactée par les accidents de personne que celle entre Alès et Nîmes. Il faut rénover le matériel, surtout quand on voit qu'il y a un problème de caténaire ou de poteau rouillé qui peuvent provoquer des perturbations. Au-delà de l'entretien, il convient d'améliorer les dessertes à Vergèze, Milhaud, Uchaud et Gallargues. Certaines petites gares ont à peine deux arrêts dans la journée.

Malgré vos efforts, la relance du trafic voyageurs sur la rive droite du Rhône semble au point mort...

Je trouve que c'est dommage qu'il n'y ait pas de réouverture aux usagers car dans ce secteur le potentiel est énorme. On sent que la volonté est plus forte du côté de Paca que du Languedoc-Roussillon. On a l'impression en fait que l'on revient au niveau des aménagements à une certaine centralisation des moyens sur les grands pôles urbains. Pourtant, si on n'a pas tous les petits réseaux autour, les autres lignes ne seront pas alimentées.

Tag(s) : #ter

Partager cet article

Repost 0