Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

lattes et moudenc

lattes et moudenc

Moudenc en présentant un plan de financement pour sa troisième ligne de métro dans le cadre du projet Mobilité 2020-2030 n'avait qu'un but, arriver à la déclaration suivante :

"Un consensus politique s'est créé autour de la troisième ligne de métro à Toulouse et sur l'architecture du futur Plan de Déplacements Urbains", a poursuivi Jean-Luc Moudenc, saluant au passage "la volonté de dialogue de Carole Delga et de Georges Méric".

Il lui fallait mouiller Delga et Méric et pour le reste on verra plus tard. En effet…

Les habitués du dossier LGV GPSO savent très bien que de les plans financiers ne sont que fumées toxiques. Il s'agit là d'engagements aussi creux que vides mais nécessaires selon la loi pour lancer les études et aller vers l'enquête d'utilité publique.

En effet, en 2009 il y a bien eu un plan de financement pour le GPSO qui a été si peu respecté qu'à présent, on attend la présentation concrète de ce plan, alors que la DUP a été signée ! Faut-il rappeler que la LGV Lyon-Turin se construit sans plan de financement sérieux, et que la LGV Tours-Bordeaux s'achève avec un trou de plusieurs millions !

Il s'agit seulement de trouver des accords de façade et quand il faudra faire les chèques pour le plan Mobilités, vers 2023, la terre aura tourné et chacun fera ou ne fera pas le chèque !

Cet accord de façade est un bras de fer politique entre la droite et le PS avec plusieurs intervenants. D'abord un montant de la dépense prévue fixé à 2 milliards ou 3 milliards environ (suivant l'ampleur réelle du projet). C'est colossal et en dessous des réalités.

On retombe sur les mêmes problèmes que pour la LGV. Un emprunt sur une très longue durée. Des économies que devra faire par ailleurs Tisseo très largement endetté. Une taxe nouvelle. Et faire comme si les autres collectivités payaient. Sauf que pour qu'elles paient il faudrait aller jusqu'à Labège et Colomiers, ce qui mettrait la dépense au plus haut.

Pour la LGV Limoges-Poitiers le Conseil régional Limousin avait fait comme si l'Europe payait, et à force de tricher le Conseil d'Etat a cassé la DUP !

Les autorités politiques d'aujourd'hui avancent dans le brouillard et les citoyens sont promenés entre des égos qui font peur. Je pense fortement que les transports collectifs sur Toulouse doivent continuer à se développer (la municipalité Cohen a fait des efforts sur ce point) mais où est la cohérence. Les commissaires de l'EUP pour les aménagements ferroviaires Nord-Toulouse avaient fait observer le manque de coordination entre la SNCF et le fameux plan pour le projet Mobilités 2020-2030.

Carole Delga plaide pour Labège (et ses amis politiques du secteur) en sachant très bien que dans le plan Moudenc c'est la dernière roue de la charrette ! Je rappelle les éléments fondamentaux du prolongement vers Labège qui était prêt à la réalisation : 300 millions d'euros. Il fallait abandonner un petit projet tout prêt, pour un grand projet tout creux ? Et quand on fera l'addition avec la LGV accrochez-vous aux branches…

J-P Damaggio

P.S. Mon point de vue est totalement discutable mais où peut-on discuter sérieusement de tels dossiers ? Où peut-on les articuler, car là est la question majeure ? Il ne suffit pas de mettre partout le mot mobilité… Où peut-on saisir jusqu'à quel point il a adéquation entre l'état financier et le rêve audacieux ?

Tag(s) : #toulouse
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :