Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On peut comparer cet article du Midi Libre avec celui deLa Dépêche.

Un article plus modéré qui donne la parole à ceux qui sont d'accord avec le rapport du Sénat. 

Le Midi-Libre n'est pas encore formaté par son PDG. D'où l'info surprenante que nous n'avons lu nulle part : "Ce rapport n'annulera probablement pas ces projets, mais il y aura un phasage dans le temps. Jeudi, en commission au conseil régional, nous venons tout juste de voter une expertise pour trouver des financements", conclut Christian Dupraz". Voté aussi par EELV ? .J-P Damaggio

 

Région : les Lignes à grande vitesse gelées quinze ans ?

JEAN RIOUFOL

Un rapport de sénateurs préconise la suspension des nouveaux projets de lignes à grande vitesse. Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan sont concernées.

L'État doit geler pendant une quinzaine d'années le financement des nouveaux projets de lignes à grande vitesse (LGV) pour donner la priorité à des travaux de modernisation . Voici le message essentiel d'un rapport publié jeudi par un groupe de huit sénateurs, de droite comme de gauche. En région, les lignes Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan sont au cœur de la problématique. "Les financements sont très compliqués à rassembler et les élus qui défendent ce type de projets ne sont plus vraiment dans les clous", estime l'écologiste Christian Dupraz, conseiller régional délégué aux États généraux du rail et de l'intermodalité. Selon le rapport des sénateurs, le gel doit permettre d'investir massivement dans le renouvellement du réseau ferroviaire existant. Chaque année 2,5 milliards d'euros sont débloqués par l'état et la SNCF pour cela et l'objectif est de passer à 3 milliards d'euros d'ici 2020.

"Il y a une urgence de modernisation du réseau, plaide Éric Boisseau, président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut) de l'Hérault. Pour la partie Languedoc-Roussillon, si le budget ne peut être augmenté, une nouvelle ligne à grande vitesse n'est pas la priorité. Rouvrir certaines lignes et les améliorer, ça, c'est indispensable."Éric Boisseau rejoint Christian Dupraz, lorsqu'il déclare que ces LGV ont été ou sont voulues au nom de la modernité. "Mais ce n'est pas parce que vous avez des gares de LGV que vous avez un trafic plus dense et des trains plus remplis. Le ferroviaire en France est face à une catastrophe industrielle ! Depuis quarante ans nous sommes le seul pays d'Europe qui n'a pas vu son trafic augmenter", se désole le président de la Fnaut de l'Hérault.

Toujours dans le rapport, les sénateurs proposent de concevoir une nouvelle forme d'écotaxe, que ce soit une redevance kilométrique ou une vignette. "Nous y sommes absolument favorables, déclare Christian Dupraz. Il y a une distorsion avec des passages de trains qui sont taxés pendant que les poids lourds circulent sans payer.

"La ligne Bordeaux-Toulouse, d'un coût d'un peu plus de 9 milliards d'euros, et qui vient d'être déclarée d'utilité publique, doit en principe voir le jour en 2024. Celle entre Montpellier et Perpignan, seul tronçon manquant de la liaison Paris-Barcelone, n'a toujours pas vu son enquête publique lancée. "

Ce rapport n'annulera probablement pas ces projets, mais il y aura un phasage dans le temps. Jeudi, en commission au conseil régional, nous venons tout juste de voter une expertise pour trouver des financements", conclut Christian Dupraz.

Dans un communiqué, Carole Delga, la présidente de la Région, qui a rencontré jeudi Alain Vidalies, le secrétaire d'État aux Transports, a indiqué qu'elle "n'accepterait pas des décisions qui conduiraient à l'abandon ferroviaire et à l'isolement de nos territoires. Je me battrai jusqu'au bout pour ces liaisons indispensables".

Tag(s) : #finances

Partager cet article

Repost 0